La fondation Louis Vuitton

Bonjour tout le monde !

Lundi dernier, j’ai été à la Fondation Louis Vuitton. C’est donc une bonne occasion pour en parler, et vous faire découvrir ou redécouvrir cet endroit sympathique.

Sans plus attendre, entrons dans le vif du sujet :
Qu’est ce que c’est qu’une fondation ?
Quel est le rapport avec les sacs Louis Vuitton ?
Cette fondation vend-elle des sacs ?

 


 

♦ De quoi on parle ? ♦

Allez, on commence direct par une définition, on ne va pas se laisser aller.

D’après le Larousse, une fondation c’est :

Une institution d’intérêt général, créé par voie de donation, don ou legs.

En gros, c’est un truc qui doit servir au peuple, et provenir gratuitement d’une personne riche.  Une bien belle idée.

Concernant la fondation Vuitton, vue de l’extérieur, on se situe entre :

Capture d’écran 2018-02-24 à 16.19.33.png

un OVNI,

Capture d’écran 2018-02-24 à 16.20.29.png

un tatou,

Capture d’écran 2018-02-24 à 16.22.03.png

un voilier,

Capture d’écran 2018-02-24 à 16.23.07.png

et une colombe.

Mais tout cela, réuni dans un bâtiment, vous avez compris hein.
Faut suivre, même au fond de la classe, accrochez-vous un peu.

Je vous mets la photo quand même, car je sens que je vous ai perdu dès le début avec mes conneries.

Voici à quoi ressemble ladite Fondation Louis Vuitton :

 

Capture d’écran 2018-02-22 à 13.03.54.png

 

Capture d’écran 2018-02-22 à 13.04.06.png

La fondation est située à Paris et non à Neuilly comme je le pensais initialement, un lecteur me l’a fait remarquer, et je l’en remercie ! Elle a été inaugurée en octobre 2014. On est juste à côté du bois de Boulogne, du Jardin d’Acclimatation et du Cercle de l’étrier, d’ailleurs on voit d’une part des arbres et d’autre part des poneys. C’est agréable. Ça sent presque la campagne. On va pas non plus en rajouter, on est à Paris et on voit la Tour Eiffel depuis les terrasses.


 

♦ Elle est à qui cette fondation ? ♦

La Fondation Louis Vuitton, c’est comme un musée, mais dirigé par l’entreprise LVMH.

Le groupe LVMH appartient à Bernard Arnault. C’est lui sur la photo ci-dessous.

Capture d’écran 2018-02-22 à 13.20.53.png

Bernard, il vient de Roubaix, dans le Nord.
Il a 68 ans et c’est un homme d’affaire qui se débrouille bien.
C’est l’homme le plus riche de France, et il est dans le top 20 mondial.
Je vous ai dit qu’il se débrouillait bien.

Son but, à travers cette fondation, est de promouvoir la création contemporaine.
Cette fondation pratique donc le mécénat culturel.


 

♦ Qu’est ce qui s’est passé au niveau architecture ? ♦

Au niveau archi, on sent que le concepteur a fait gaffe.
On se balade entre les deux ailes du bâtiment, on peut passer sur plusieurs terrasses, c’est tellement complexe qu’on se perd toutes les 10 minutes mais ce n’est pas désagréable du tout. Bon, et c’est peut-être dû à mon tragique sens de l’orientation.
On ne sait jamais vraiment à quel étage on est.
En même temps il y a plusieurs demi-étages c’est peut être à cause de ça.

Dans la fondation, on revient beaucoup sur la construction de l’édifice, il y a une salle avec une vidéo des travaux. Ne prenez pas peur, la vidéo est en accéléré je vous rassure. Ça marche toujours bien ce genre de vidéo hyper rapide où on voit la nuit / le jour et l’avancée d’un processus, genre une fleur qui grandit ou un immeuble qui s’élève dans l’air.

Breeeeeeeef, Bernard Arnault a annoncé le début de la construction de la fondation ainsi que le nom de l’architecte en octobre 2006. Elle a ouvert ses portes 8 ans plus tard.

Au niveau grandeur, j’ai pris la documentation avec les chiffres clés, car c’est pareil que les vidéos en accéléré, ça donne toujours une bonne idée du concept.

On a donc 11 000 mètres carrés de fondation, 154 mètres de longueur, 46 mètres de haut. Autant dire que c’est plus grand que le studio que j’avais quand je faisais semblant de faire des études.

C’est Frank Gehry qui a construit cette fondation. Enfin ce n’est pas vraiment lui qui l’a construit, il y a eu un chantier, mais l’architecte c’est lui. Arrêtez d’être tatillon.

Capture d’écran 2018-02-22 à 14.24.13.png

Frank Gehry, c’est le mec sur la photo, c’est aussi un architecte américano-canadien, il est né en 1929, c’est un des architectes les plus connus de notre époque.

Fondation 5.jpg

Voici une des premières esquisses de la fondation par Frank Gehry. 

Il a un style bien à lui et a quelques contrats importants à son actif. Entre autres :

Capture d’écran 2018-02-22 à 12.57.26.png

Le musée Guggenheim de Bilbao, en Espagne, ouvert en 1997.

En 2001, Bernard Arnault visite ce musée, il aime bien la tronche du bâtiment et appelle Frank Gehry pour lui demander de faire sa fondation.

Capture d’écran 2018-02-22 à 13.00.56.png

L’Experience Music Project, un centre culturel à Seattle aux USA. 

Au niveau folie des grandeurs, ça ne s’arrête pas là.

L’auditorium de la fondation est décoré par Ellsworth Kelly avec Spectrum VIII. Ce sont des panneaux colorés plutôt très grands.
Ellsworth Kelly est un sculpteur et peintre américain. Il fait des oeuvres minimalistes, comme le montre cette photographie de l’auditorium :

Capture d’écran 2018-02-22 à 15.43.55.png

 

Olafur Eliasson s’est occupé du bassin extérieur.
Olafur est un artiste danois de 51 ans. Il joue avec les transparences et les couleurs. Il a disposé 43 colonnes en prismes colorés et en miroirs sur une plate-forme entrecoupée par l’eau. C’est une sorte de jardin avec des colonnes romaines mais revisité de manière moderne. Franchement, c’est vraiment pas mal. On peut marcher dans cet espace ultra-contemporain. J’y suis allé un jour de pluie et de froid atroce et même dans ces conditions dégueulasses, c’était un vrai plaisir de déambuler. Cet espace est aussi aquatique puisque plusieurs bassins ponctuent la promenade. Bon, moi, j’adore l’eau. Dès qu’il y a de la flotte, je suis contente.

Screen Shot 2018-02-22 at 22.23.02.png

Il y a aussi une fontaine géante en forme d’escalier. Je vous mets une photo.
C’est vraiment bien aussi ça. Je vous ai dit, j’adore l’eau.

Screen Shot 2018-02-22 at 22.26.09

 


 

♦ Quelque chose à ajouter avant de parler de l’expo ? ♦

Alors la suite va sûrement vous paraître triviale, mais je n’allais pas parler des Fish Lamps de Frank Ghery qui survolent le restaurant sans évoquer ledit restaurant.

Capture d’écran 2018-02-24 à 15.38.08.png

Photo du restaurant, © Luc Castel 

J’y ai mangé le midi, c’est genre 28€ le menu, c’est vraiment très bon et bien présenté.
Les cuisines sont dirigées par le chef étoilé Jean-Louis Nomicos.

Là vous allez me dire:

« Ça y est, tu pètes les plombs, tu vas te mettre à publier des recettes alors que nous on est là pour parler d’Art ».

Ce à quoi je vais répondre:

« N’ayez crainte, je ne vais pas publier des recettes même si j’ai la conviction que la cuisine est aussi un art. »

Bref, je ne parle pas du restaurant pour parler bouffe, je dis ça parce que des institutions aussi impressionnantes que la fondation Vuitton, il n’y en a pas 40 en France, et pour notre image à l’étranger, ça fait quand même mieux de bien manger dans un lieu aussi important.

Mettons-nous à la place des gens qui viennent de l’étranger, on est en France bordel ! Il n’y a bien qu’ici qu’on bouffe correctement (en toute subjectivité), alors si on peut passer une journée entouré d’oeuvres d’art en ayant mangé des choses délicieuses, c’est un carton.

Bref, les poissons volants sont vraiment sympas.

Bon et là vous allez me dire:

« OK ma poule, mais là, tu nous bassines avec tes briques et ton crépis, tu oublies de nous parler de l’expo du moment. On s’en fout de tes chiffres et que t’aies apprécié la bouffe, passe à ce qui nous intéresse ».

Et je vais vous répondre:

« D’accord ».

 


 

♦ L’expo actuelle  ♦

L’exposition temporaire s’appelle « Être Moderne, le MoMA à Paris ».

Elle dure du 11 octobre 2017 au 5 mars 2018 donc il était temps que je m’y rende.

Parlons un peu du MoMA.
Comme vous le savez depuis ma crise (relative) sur les acronymes des foires d’art (article à lire), je n’aime pas qu’on essaye de me duper avec des suites de lettres, le MoMA ça veut donc dire The Museum of Modern Art, et il est situé à New York. Il a été fondé en 1929 par un jeune mec qui s’appelait Alfred Barr.
Selon lui, le moderne c’est :

« Le progressif, l’original, le difficile, plus que les valeurs sûres ».

L’idée de cette exposition, c’est que le MoMA prête 200 oeuvres à la fondation Louis Vuitton, ces oeuvres sont des pièces majeures – des « masterpieces » comme on dit quand on n’a peur de rien – qui présentent la naissance de l’art moderne et son évolution jusqu’à nos jours.

L’art moderne, c’est l’art de la fin du 19ème et du 20ème jusqu’en 1960-1970, mais on ne va pas se mentir, personne n’est vraiment d’accord. Je pense qu’il va falloir que je me penche sur le sujet et que j’en fasse un article à part entière.

Le MoMA, c’est un gros morceau au niveau musée. Le patron s’appelle Glenn Lowry et a l’air sympa dans les interviews que j’ai écouté à la radio. Oui, c’est de pire en pire, j’émets carrément des avis genre « il est sympa » sur les gens dont je parle dans mes articles.

D’après la documentation chopée à la Fondation, le MoMA est l’un des premiers musées à s’être intéressé aux artistes d’avant-garde, c’est-à-dire novateur, donc « contemporain » à leur époque.

Le MoMA est aussi assez hétéroclite et présente beaucoup de formes d’art, comme la peinture, la sculpture, la photo, la vidéo et les nouvelles technologies. Vous pouvez appeler ça la pluri-disciplinarité artistique si vous voulez impressionner votre entourage. Mais ne cherchez pas à impressionner votre entourage, c’est chiant.

L’exposition est chronologique et présente 7 facettes de l’Art Moderne à travers 11 galeries. C’est parti pour un petit tour du proprio.

 

GALERIES 1 & 2: Chefs d’oeuvres européens et abstraction nord-américaine.

-Galerie 1 : 1929 – 1939, un nouveau musée.

Cette partie représente les débuts du MoMA, avec des oeuvres magistrales qui ont donné d’emblée une grosse grosse crédibilité au musée, comme :

Screen Shot 2018-02-24 at 20.16.31.png

Paul Cézanne, Le Baigneur, 1890, Huile sur toile, 127x97cm

 

 

Screen Shot 2018-02-24 at 20.18.34.png

Pablo Picasso, L’Atelier, 1927-1928, Huile sur toile, 149×231 cm

 

 

Screen Shot 2018-02-24 at 20.25.10.png

Edward Hopper, La Maison près de la voie ferrée, 1925, Huile sur toile, 61x74cm

 

 

-Galerie 2 : Abstractions américaines

Screen Shot 2018-02-24 at 20.32.34.png

Jackson Pollock, The She-Wolf, 1943, Huile sur toile, 106x170cm,
acquis en 1944 par le musée.

 

 

Inutile de vous énerver, il n’y a pas de galerie 3.

 

 

GALERIE 4: Années 1950-1960, art minimal et pop-art.
Séries et structures minimales.

 

Screen Shot 2018-02-24 at 20.36.44.png

Andy Warhol, Campbell’s Soup Cans, 1962,
Peinture sur 32 panneaux de 51×41 cm chacun. 

 

 

Screen Shot 2018-02-24 at 20.39.19.png

Diane Arbus, Les jumelles de Roselle, 1967, Photographie.

 

GALERIES 5, 6 & 7: Les remises en questions artistiques des années 1960.

 

Screen Shot 2018-02-24 at 20.43.37.png

General Idea, AIDS, années 1980.

 

GALERIES 8, 9, 10 & 11: Partie contemporaine, XXIème siècle.

 

Screen Shot 2018-02-24 at 20.56.01.png

Ian Cheng, Emissary in the Squat of Gods, 2015.

Il s’agit d’une oeuvre numérique, analogique. En gros, c’est une projection qui ressemble à un jeu vidéo. Il s’agit de l’histoire d’un peuple qui a pris cher à cause de l’écologie, et du coup, ça part en vrille, la communauté cherche des solutions pour vivre dans un monde hostile.

Mais là j’avoue, je n’y connais vraiment rien et j’ai pas tout compris donc je ne vais pas me livrer à une analyse.

Ah et il y a aussi un truc sympa c’est The Forty-Part Motet, ou Motet à 40 voix. Je vous arrête tout de suite, on va arrêter de faire genre et demander tout de suite la définition d’un « motet » à l’ami Larousse :

Composition musicale à une ou plusieurs voix, religieuse ou profane, avec ou sans accompagnement.

Pour le côté concret, il s’agit de 40 hauts parleurs mis en rond dans une grande salle, qui chante tous Spem in Alium Nunquam Habui, qui est une composition polyphonique de Thomas Tallis au 16ème siècle. Et franchement, ça rend bien, chaque haut-parleur correspond à une voix, et l’acoustique n’est pas dégueulasse (je dis ça, j’en sais rien…), mais c’était assez impressionnant, voire émouvant. Les polyphonies c’est toujours émouvant OK ?

En conclusion, je dirais que l’expo est sympa, et le côté chronologique est intéressant. Mais ce qui m’a le plus impressionné c’est l’architecture et le côté fondation privée qui arrive à faire venir des oeuvres du MoMA à Paris. Bien joué Bernard.

J’espère que cet article vous a plu.

Si vous voulez vous tenir au courant de ce qui se passe sur ce site, vous pouvez vous abonner et / ou suivre le compte Instagram du site : @artvulgaris

🙂

Bisous !

 

 

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Trobo style dit :

    Félicitations très belle initiative
    merci beaucoup
    je partage

    Aimé par 1 personne

    1. artvulgaris dit :

      Merci beaucoup pour votre commentaire 😁

      J'aime

    1. artvulgaris dit :

      Article hyper inspirant !!! Hâte d’en découvrir plus ! Tout ça fait vraiment rêver…
      Merci pour le tag 🙂 A très bientôt !

      J'aime

  2. Six Months dit :

    Je découvre et j’adore. Quel talent !

    Aimé par 1 personne

    1. artvulgaris dit :

      Merci beaucoup :):):):) c’est très gentil !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s