Claude Monet

le

Bon et ben on devait en arriver là.

Après avoir cité le mot « impressionnisme » plusieurs fois dans mes précédents articles, je ne pouvais plus continuer sans parler d’un type qui a un peu oeuvré dans ce courant : Claude Monet.

Séchez vos larmes, nous ne resterons pas plus longtemps dans l’ignorance.

On va aborder tout de suite le sujet : qu’est ce qu’il a fait Claude Monet ? Comment il va ? Qu’est ce qu’il raconte ?

 


 

Capture d’écran 2018-04-17 à 16.51.42.png

Claude Monet, Photographie, 1899
© Wikipedia

 


♦ La fiche « Pas que ça à foutre » ♦

Claude Monet, alias Oscar-Claude Monet
Né en 1840 à Paris, décédé en 1926 (86 ans) à Giverny.
Français
Un des fondateurs du courant impressionniste.

On en parle dans l’article :

Claude Monet : nan je déconne.
Marie-Jeanne Lecadre : Tante MJ, une personne fort sympathique.
Monsieur Gravier : un papetier bien inspiré.
Eugène Boudin : peintre français, copain de Monet.
Charles Suisse : notre nouveau Monsieur Leblanc.
Jean-Baptise Corot, Camille Pissarro, Paul Cézanne, Edouard Manet : des membres de l’Académie Suisse.
Eugène Delacroix : un peintre de qualité.
Pierre-Auguste Renoir, Alfred Sisley : les collègues de l’école impériale des Beaux-Arts de Paris.
Frédéric Bazille : le copain riche et sympa.
Camille Doncieux : la première meuf de Monet.
Jean Monet : le premier fils de Monet
J.M.W. Turner : un peintre anglais qui maîtrise bien la lumière.
Paul Durand-Ruel : un marchand d’art aux goûts sûrs.
Alice : la deuxième meuf de Monet (spoil).

Signature :

Capture d’écran 2018-04-20 à 13.39.27.png


 

♦ Le point enchères ♦

Bon, vous commencez à comprendre le principe de ce site, on ne recense pas que des artistes ratés, donc forcément, au niveau des prix au marteau, ça se ressent.

Exemple avec Monet :

TOP 1

Capture d’écran 2018-04-27 à 16.43.49.png

Une Meule de la série des Meules, 1891, (cf plus tard dans l’article),
Huile sur toile, 72x92cm.
Oeuvre qui a atteint la modique somme de 67 millions d’euros
en 2016 chez Christie’s USA. 

© Christie’s

 

TOP 2

Capture d’écran 2018-04-27 à 16.48.43.png

Le bassin aux nymphéas, 1919, Huile sur toile, 100x201cm. 
46 millions d’euros au calme chez Christie’s UK en 2008. 
© Christie’s

 

TOP 3

Capture d’écran 2018-04-27 à 16.56.35.png

Nymphéas, 1905, Huile sur toile, 81x100cm
42 millions d’euros chez Sotheby’s USA en 2015. Pas de quoi se la péter.
© Sotheby’s

Maintenant qu’on voit un peu à quel point Monet pèse dans le game, on attaque la biographie.

 


♦ Normandie, la puissance du port du Havre ♦

Claudio (on y va direct sur les surnoms pourris) est né à Paris en 1840.

Et là, je vous arrête tout de suite, car Claudio s’appelle en fait Oscar. C’est bien beau de donner des surnoms comme si on était au PMU du coin, mais là, il y a une erreur : Claude Monet s’appelle Oscar-Claude Monet. Donc pour l’instant, ça sera Oscar, pour vous comme pour moi.

Capture d’écran 2018-04-20 à 13.41.53.png

Continuons.

Il est le fils de ses parents. Il vient d’une lignée de parisiens depuis plusieurs générations. Tout ce beau monde n’a pas une tune, donc quand Oscar a 5 ans, ils déménagent en Normandie, plus précisément au Havre.

Capture d’écran 2018-04-17 à 16.58.06.png

Le Havre.
Bon ok, j’abuse, ça c’est le port du Havre.
© Mer et Marine

Capture d’écran 2018-04-20 à 13.42.47.png

Voilà, ça c’est le Havre, by night. 
© Normandie Tourisme, Franck Godard

Au Havre, il y a la tante d’Oscar, qui s’appelle Marie-Jeanne Lecadre. Elle aura une certaine importance dans la vie d’Oscar, donc par la suite, pour des raisons de praticité qui semblent évidentes, nous l’appellerons « Tante MJ ».

Donc on rappelle qu’Oscar est né en 1840.

A 18 ans, il effectue ce genre d’oeuvres, alors que toi tu passais ta vie chez le dermato à te demander quand cette acné sévère allait cesser.
Chacun son parcours, on n’est pas là pour juger.

Capture d’écran 2018-04-20 à 13.53.19.png

Claude Monet, Vue prise à Rouelles, 1858, 46x65cm
© Wikipedia

Capture d’écran 2018-04-20 à 13.54.34.png

Claude Monet, Caricature de Léon Manchon, 1858
© Wikipedia 

Il fait sa scolarité au Havre, c’est un élève sympathique mais qui n’en a pas grand chose à foutre des cours, il passe son temps à dessiner dans ses cahiers.

En 1858, la mère d’Oscar décède. Tante MJ prend le relais. Oscar arrête les études, mais il continue à dessiner, car Tante MJ l’encourage dans ce sens. Merci Tante MJ.

Il fait pas mal de caricatures à l’époque, et décide de les signer « O. Monet » et de les vendre chez un papetier qui s’appelle Monsieur Gravier. Ledit Monsieur Gravier connait bien Eugène Boudin, et vend parfois quelques une de ses toiles.

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.01.54.png

Eugène Boudin c’est un peintre français, venant de Normandie (1824-1898), membre du courant impressionniste. C’est aussi la personne représentée sur cette photographie.

Vous avez deviné la suite : Oscar rencontre Boudin en 1858. Monet dira plus tard qu’il est devenu peintre grâce à Boudin.

Capture d’écran 2018-04-20 à 14.01.47.png

Eugène Boudin, La plage de Villerville, 1864
Huile sur toile, 45x76cm
© National Gallery of Art

Monet peint ses premiers paysages l’été même, et les expose au Havre, où ses toiles rencontreront un certain succès. Boudin conseille donc à Monet de partir à Paris histoire de prendre des cours et de se lancer un peu plus sérieusement.

 


 

♦  Ici c’est Paris  ♦

A partir de maintenant, on va pouvoir appeler Oscar, Claude.
Claude arrive donc à Paris.
Il a quelques petites économies grâce à la vente de ses caricatures.
Il s’inscrit à l’académie Suisse, qui n’a rien à voir avec le pays mais qui est dirigée par Charles Suisse. Charles Suisse vient de Genève en Suisse, mais fonde l’académie Suisse à Paris en France. Suivez les gars svp, je peux pas répéter 15 fois les mêmes choses. Un peu de concentration.

Capture d’écran 2018-04-20 à 16.50.34.png

Voici le drapeau suisse, qui est l’un des seuls drapeaux carrés.

Il s’agit donc d’un atelier de peinture, qui mettait des modèles au service des peintres n’ayant que peu d’oseille. Cette académie a accueilli entre autres Jean-Baptise Corot, Camille Pissarro, Paul Cézanne ou encore Edouard Manet. C’est donc ici que Claudio rencontre Pissarro.

Paris c’est super, car il y a le Salon de peinture et de sculpture, c’est un salon où on expose les oeuvres des artistes agréés par l’Académie des Beaux-Arts, depuis le 17ème siècle. Ça permet de voir un peu ce qui se fait niveau tendances parisiennes.

En 1860, Monet se rend dans ledit Salon et apprécie apprécie Delacroix.
Ça lui permet de s’inspirer et c’est une fort bonne idée.

Eugène Delacroix est un peintre français (1798-1863) faisant partie du mouvement Romantique.

Capture d’écran 2018-04-20 à 16.54.08.png

Voici Eugène, dans un autoportrait en 1837.

Bon, on a parlé du PMU tout à l’heure, et bien figurez-vous que Claudio, il passe quand même un peu son temps accoudé au comptoir (il est possible que j’en rajoute un peu). Il va notamment à la Brasserie des Martyrs, qui est un lieu connu pour ses rencontres entre artistes. C’est aussi une fort bonne idée, ça permet de faire des rencontres, c’est toujours bon à prendre.

 


 

♦ L’Algérie ♦

En 1861, Monet a 21 ans. Il part en Algérie, contre son gré, pour servir dans l’armée française. Il trouvera ça plutôt sympa et gardera de bons souvenirs.

SAUF qu’il chope la fièvre typhoïde au bout d’un an. Mais bon. Que voulez-vous…

Du coup, retour au Havre, Tante MJ paye une blinde pour le faire rapatrier et l’exonérer d’armée SI et SEULEMENT SI il reprend les cours de dessin.

Elle est vraiment sympa cette Tante MJ.

 


 

♦ Retour au Havre du fait de la fièvre typhoïde ♦

En 1862, Claudio a 22 ans, il étudie quelques temps à l’Ecole impériale des Beaux-Arts à Paris, il rencontre alors Pierre-Auguste Renoir, Alfred Sisley et Frédéric Bazille.

« Ok, et donc c’est qui ces blaireaux ? »

Déjà, on n’insulte pas les gens, et ensuite, j’y venais, pas la peine de me couper.

Je disais donc :

Pierre-Auguste Renoir, on situe un peu : c’est un peintre français, membre du courant impressionniste, né en 1841 et mort en 1919, qui a par exemple peint la célèbre toile Le Déjeuner des canotiers, en 1881, toile qui est ci-dessous.

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.00.35.png

Pierre-Auguste Renoir, Le déjeuner des Canotiers, 1881, 130x173cm
© Wikipedia

 

Alfred Sisley, ça commence à être tendu niveau célébrité, il s’agit d’un peintre anglais né à Paris et décédé en France, rattaché au mouvement impressionniste, qui a peint par exemple Le Pont de Moret, en 1893, à voir ci-dessous. Si ça ne vous dit rien, ne culpabilisez pas, ça me disait rien non plus.

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.03.35.png

Alfred Sisley, Le Pont de Morey, 1893
© WikiArt

⇒ Et alors là, on tombe carrément sur un mec inconnu : Frédéric Bazille.
Une fois de plus, rien ne sert de s’inquiéter -je vois bien que vous êtes inquiets- on va voir ensemble qui est cet homme.
Frédo est un peintre impressionniste français, né à Montpellier en 1841 et mort au combat en 1870 dans le Loiret. Il rencontre Monet et Auguste Renoir lors de leurs cours de peinture, et il va louer avec eux un atelier pendant quelques temps.
Bazille a de l’oseille. Il va participer au Salon de 1866 en tant que peintre, mais il a d’autres intérêts comme le théâtre, la musique…
En 1870, à 28 ans, il s’engage dans le conflit franco-prussien, et meurt malheureusement au combat. C’est con. Déjà parce que mourir c’est embêtant, mais aussi parce qu’il avait du talent le loustique.

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.06.30.png

Frédéric Bazille, L’Atelier de la rue de la Condamine, 1870.
© Wikipedia

Maintenant qu’on voit un peu plus qui sont ces personnages, continuons.

Bazille et Claudio vont partir en extérieur afin de peindre ce qu’ils voient, notamment en Normandie. Monet va rester quelques temps en Normandie car la région lui plait bien. Et on le comprend, il s’agit quand même de la plus belle région du monde, en toute subjectivité. Monet aime beaucoup Honfleur car c’est très joli.

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.15.40.png

Voici par exemple le Port de Honfleur.
© Calvados Tourisme

Monet s’embrouille avec sa famille, et n’a plus une tune, il va donc en demander à Bazille, qui en a plein. Monet rentre à Paris, et il rencontre Camille Doncieux, qui deviendra son modèle et sa femme.

C’est elle sur cette peinture :

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.18.19.png

Claude Monet, La femme en robe verte, 1866, Huile sur toile, 231x151cm.
© Wikipedia

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.38.53.png

Claude Monet, Femmes au jardin, 1866
© Wikipedia

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.58.01.png

Claude Monet, Dame en blanc au jardin, 1867
© Wikipedia

 

Niveau finances, ça ne va toujours pas mieux, même si Frédo lui a acheté une toile. Par dessus tout ça, Camille est enceinte… Donc retour en Normandie en famille.
Il passe l’été à peindre à Sainte-Adresse, au Havre.

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.20.35.png

Claude Monet, La plage à Sainte-Adresse, 1867
© Wikipedia

 

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.24.00.png

Claude Monet, Terrasse à Saint-Adresse, 1867, Huile sur toile, 98x130cm
© Wikipedia

Le jeune Jean Monet vient au monde en 1867, la famille de Monet ne connait toujours pas l’existence de Camille, la compagne de Claudio.
Une véritable bonne ambiance règne donc dans cette famille, comme on peut l’imaginer.
Les amis de Monet continue de lui prêter de l’argent. Un vrai boulet ce Claudio…

Le vent tourne en 1868, ses oeuvres commencent à être exposées, on lui commande quelques toiles, et il vit avec sa femme et son fils à Fécamp. Toujours une ambiance pourrie côté belle-famille. Fécamp est une commune située à 40km du Havre, toujours en Normandie.

L’année suivante, il s’installe à côté de Paris, à Bougival.

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.32.30.png

Claude Monet, Bain à la Grenouillère, 1869
Huile sur toile, 73x98cm.

© Wikipedia

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.34.14.png

Claude Monet, La Pie, 1869
Huile sur toile, 89x130cm
© Wikipedia

Il épouse Camille à Paris en 1870, car l’amour est plus fort que tout. Mais il n’a toujours pas une tune. Mais l’amour est quand même plus fort que tout OK?

 


 

♦ La guerre ♦

La France entre en guerre en 1870, mais Monet s’en tape complètement. Il n’a pas plus envie de se battre que ça, et en profite pour s’installer à Trouville, en Normandie. C’est un prétexte comme un autre pour emménager dans un endroit sympa. Là-bas, il peint par exemple ces toiles :

 

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.40.18.png

Claude Monet, Plage à Trouville, 1870
Huile sur toile, 46x38cm

© Grands peintres

 

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.42.09.png

Claude Monet, Hôtel des Roches Noires, 1870
Huile sur toile, 81x58cm

© Musée d’Orsay

C’est cette année là que Frédéric Bazille meurt au combat.

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.36.21.png

Claude Monet, Les Coquelicots, 1873
Huile sur toile, 50x65cm
© Google & Culture

Claudio part vivre à Londres quelques temps, où il peut admirer les oeuvres de J.M.W. Turner et son traitement de la lumière. Il rencontre alors Paul Durand-Ruel, un des plus grands marchands d’art français. Puis, retour en France, à Argenteuil. Niveau oseille, ça va un peu mieux. Durand-Ruel lui achète un maximum de toiles, Claudio touche aussi l’héritage de son père ainsi que la dot de sa femme, donc ça se passe bien niveau finances.

En 1874, a lieu la première exposition des peintres impressionnistes, ce qui est une bonne chose, puis que Claudio fait partie de ce mouvement même si ledit mouvement ne s’appelle pas encore comme ça.

Et là, on va parler d’un truc assez emblématique, c’est lors de cette exposition que Monet va exposer une de ses toiles les plus connues : « Impression, soleil levant », cette huile sur toile mesurant 48x63cm a été peinte en 1872-1873, et représente le Havre.

Capture d’écran 2018-04-21 à 12.14.01.png

Ladite toile. 

 

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.41.27.png

Claude Monet, Le déjeuner, 1873
© Wikiart

Capture d’écran 2018-04-27 à 18.00.22.png

Claude Monet, Camille Monet, 1875
© 1001museums

 

Bon c’est un peu un fiasco cette expo, mais c’est pas grave, on va pas se laisser démonter, et en 1876, Durand-Ruel organise une deuxième exposition impressionniste, cette fois, ça se passe mieux. Une troisième exposition impressionniste a lieu l’année suivante, le nom « impressionnisme » est adopté, et cette fois, c’est un succès.

Attention, le passage qui suit est moins joyeux que le reste :

Camille accouche d’un second fils en 1878, ça ne se passera pas très bien, et elle en gardera des séquelles très lourdes, ainsi qu’un état de fatigue et de maladie constant.

Monet connaît un peu plus de succès avec sa peinture mais rien de folichon, et surtout il est très inquiet pour Camille. Elle décèdera en 1879. Et pour Claudio, la suite sera compliquée. Déjà, il est à bout à cause de ça, et en plus, il a perdu de vue les copains impressionnistes, qui l’ont carrément lâché, voire dénigré…
Une mauvaise ambiance règne.

Heureusement, en 1880, Monet connait sa première exposition personnelle, qui rencontre un réel succès, et permet à Claudio d’éponger ses dettes.

Claudio vit avec la femme d’un de ses bons copains et ses enfants. Le copain est absent, Claudio est veuf. Vous imaginez déjà la suite, et vous avez raison.

En 1890, Claudio achète une maison à Giverny, en Normandie, pour lui même et ses 2 enfants ainsi qu’Alice et ses 6 enfants.

Au niveau business, Monet était représenté exclusivement par Durand-Ruel, mais il va changer d’agent, et prendre Georges Petit, tout en développant lui-même son réseau et ses ventes.

Dans ces années là, Monet se met à faire des séries, c’est-à-dire qu’il peint la même chose plusieurs fois, mais en différent (on vulgarise sec ici !).

Exemples :

Capture d’écran 2018-04-21 à 13.22.31.png

Claude Monet, Femme à l’ombrelle tournée vers la droite, 1886.
Huile sur toile, 131x88cm.
© Wikipedia

 

Capture d’écran 2018-04-21 à 13.26.46.png

Claude Monet, Femme à l’ombrelle tournée vers la gauche, 1886.
Huile sur toile, 131x88cm.
© Wikipedia

Autres exemples :

Les meules, 25 tableaux peints pendant plusieurs mois. Ces meules ont toute un nom en rapport avec le moment qu’elles représentent, par exemple « Meules (fin de l’été)« , « Meules, effet de gelée blanche« , « Meules dans ta gueule« , etc etc etc. Vous avez compris le principe.

Voici ladite meule de fin d’été (60x100cm) :

Capture d’écran 2018-04-21 à 13.34.50.png

Ainsi que ladite meule qui a froid (65x92cm) :

Capture d’écran 2018-04-21 à 13.36.07.png

 

En 1899, Claudio va à Londres. Il peint de nouvelles séries, dont les Parlements.

Capture d’écran 2018-04-21 à 14.55.51.png

Claude Monet, Reflets sur la Tamise, 1905

Capture d’écran 2018-04-21 à 14.56.47.png

Claude Monet, Le Parlement, 1900-1901

Mais il ne peint pas QUE des Parlements, ça va bien deux minutes :

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.55.35.png

Claude Monet, Le Jardin de l’artiste à Giverny, 1900
© Wikipedia

A Giverny, il peint aussi les Nymphéas. Selon le Larousse, « nymphéa » c’est :

« Le nom scientifique d’un genre de nénuphars, cultivés sur les pièces d’eau pour la beauté de leurs fleurs blanches, rouges, jaunes ou bleues. »

Ici vous avez des nymphéas en 1904 :

Capture d’écran 2018-04-21 à 15.01.33.png

Là, en 1907 :

Capture d’écran 2018-04-21 à 15.03.55.png

Et ici, vous avez des nymphéas en 1916 :

Capture d’écran 2018-04-21 à 15.02.30.png

Enfin, ici nous avons un maximum de nymphéas datant d’entre 1920 et 1926 :

Capture d’écran 2018-04-21 à 15.04.52.png

 

Bref, il s’agit d’une série de nymphéas.

Capture d’écran 2018-04-27 à 17.40.08.png

Claude Monet, Le pont japonais, 1920-1922
Huile sur toile, 90x116cm
© Wikipedia

Attention, l’article va se terminer très bientôt et vous allez assister à l’escalade de la violence la plus terrible que vous ayez jamais vu (sur ce site) – ceci dit niveau violence, la vie de Rothko est pas mal non plus malheureusement… cf Mark Rothko ).

A part ces nombreux nymphéas, en 1911, Alice s’éteint à la suite d’une longue maladie. Monet traversera alors une période très difficile. Il tombe peu à peu malade, a des problèmes aux yeux. En 1914, il perd l’un de ses fils. Sa vue se détériore peu à peu, mais il continue à peindre.

Les nymphéas vont être l’un des derniers projets de sa vie et l’occuper jusqu’à la fin de celle-ci.

A force de bosser, Monet tombe de plus en plus malade. Il est atteint d’un cancer du poumon et en décédera quelques temps plus tard, le 5 décembre 1926.

Je vous avais prévenu.

 


 

Voilà les loustiques, j’espère que vous en savez un peu plus sur Claudio et ses amis. N’hésitez pas à commenter cet article, à le partager etc. Et si jamais vous aimez les belles images, le compte Instagram @artvulgaris diffuse de jolies oeuvres assez régulièrement. Bisous !

11 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Montaine dit :

    Merci pour ce merveilleux article. J’adore. Distrayant et agréable à lire.
    Montaine

    Aimé par 1 personne

    1. artvulgaris dit :

      Merci beaucoup pour votre commentaire :):):)

      J'aime

  2. L’art, sous ta plume, prend ses aises et j’aime particulièrement ça. 🙂
    Toujours aussi sympas à lire et à découvrir ! Merci !

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais beaucoup étudié Monet au collège, ça me rappelle des chouettes souvenirs !

    Aimé par 1 personne

  4. Narjissel dit :

    Très sympa comme article !

    Aimé par 1 personne

  5. chatou11 dit :

    Superbe article et j’adore Monet. Passionnant! merci
    bon début de semaine
    chatou

    Aimé par 1 personne

    1. artvulgaris dit :

      Merci :):) bon début de semaine à vous aussi ! 🙂

      J'aime

  6. samatticus dit :

    Très bel article ! L’impressionnisme est un de mes courants préférés. Bonne continuation !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s