Eugène Delacroix

 

♦ La fiche ‘Pas que ça à foutre’ ♦

 

800px-Félix_Nadar_1820-1910_portraits_Eugène_Delacroix.jpg

Photo de la personne prise par Félix Nadar en 1858
© Wiki

Allez, on ajoute une peinture pour le portrait comme ça, on voit bien de qui il s’agit :

89a8e42_18357-16oysn2.v16ff.jpg

Eugène Delacroix, Autoportrait au gilet vert, 1837
© Le Monde

Eugène Delacroix
Peintre français
Né en 1798 à Charenton-Saint-Maurice
Décédé à Paris en 1863
Courant romantique, c’est le ‘chef de file du courant romantique’ comme disent tous les articles sur Delacroix.

Signature : 

Capture d’écran 2018-10-17 à 12.18.40.png

 


 

♦ Le point enchères ♦

 

Top 1

Capture d’écran 2018-10-11 à 12.08.02.png

Eugène Delacroix, Tigre jouant avec une tortue, 1862
Huile sur toile, 45x62cm
Vendu chez Christie’s New York en 2018, pour 7 millions d’euros
© Christie’s

 

Top 2

Delacroix-Collision-of-the-Arab-Horsemen-1833-34.jpg

Eugène Delacroix, Choc de cavaliers Arabes, ou Rencontre de cavaliers Maures, 1833-1834
Huile sur toile, 81x100cm
Vendu chez Piasa à Paris, en 1998, pour 7 millions d’euros
© ArtTribune

 

Top 3

994px-Eugène_Delacroix_-_Les_Natchez,_1835_(Metropolitan_Museum_of_Art).jpg

Eugène Delacroix, Les natchez, 1823-1824
Huile sur toile, 90x117cm
Vendu chez Christie’s New York en 1989 pour 4 millions d’euros
© WikiArt

 


 

♦ Le début de la vie du gars, comme à l’accoutumée ♦

 

Eugène Delacroix est né en France, à Charenton-Saint-Maurice.

Charenton-Saint-Maurice s’appelait comme ça jusqu’en 1843, année durant laquelle on a décidé que ça suffit les noms à rallonge, Saint-Maurice ça sera déjà très bien. Cette commune est située dans le Val-de-Marne. Top.

Capture d’écran 2018-10-11 à 13.49.26.png

Petite map du Val-de-Marne, on ne perd pas les bonnes habitudes.
© Google Maps

On ne va pas faire durer le suspens plus longtemps, si tant est qu’il y ait un quelconque suspens : Eugène, on va l’appeler Gégé, car finalement, est-ce qu’on est pas là pour briser la glace ? (Spoiler : si).

Au niveau famille, le père de Gégé est avocat, puis député, puis ministre, puis ambassadeur, puis préfet. Doooooonc Gégé vient d’une bonne famille, il a les cheveux propres et il sait manger avec les bons couverts. Il n’utilise pas exclusivement des cuillères à soupe, comme moi.

Capture d’écran 2018-10-11 à 13.53.50.png

© Pinterest

Alors, je suis tombée sur un truc en faisant mes recherches, c’est fou, faut que je vous raconte. Apparement, le père de Gégé ne serait pas le père de Gégé. En effet, le père dont on vient de parler au-dessus aurait souffert d’une tumeur testiculaire, ET DONC, son remplaçant pendant son congés maladie, Talleyrand, un gars connu si vous vous êtes tapé des études de droit longues comme l’attente d’un bus à la gare un soir d’hiver, aurait noué certains liens avec Victoire Delacroix, la maman de Gégé.
Et bien, je ne sais pas si c’est vrai, et je m’en tape. Continuons.

Au niveau scolarité, il reçoit une bonne éducation dans l’actuel Lycée Louis-le-Grand, à Paris. Il lit des bouquins classiques, il apprend le grec et le latin ET il dessine un max. Il fait pas mal de musique aussi, on est sur une éducation classico de chez classico. Et ça ne vous ferez pas de mal d’en faire autant. Prenez-en de la graine.

 


 

♦ Ça dessine sec ♦

 

En 1815, Gégé entre dans l’atelier de Pierre-Narcisse Guérin.
PN (Pierre-Narcisse) est un peintre néoclassique, il a dirigé la villa Médicis à Rome, ce n’est donc pas le dernier des amateurs.

800px-Guerin_Pierre_Narcisse_-_Morpheus_and_Iris_1811.jpg
Voici un exemple d’oeuvre peinte par PN en 1811, elle se nomme ‘Morphée et Iris’. C’est aussi la preuve que PN n’est pas un amateur. 
© WikiArt

C’est en participant à l’atelier de PN que Gégé rencontre Théodore Géricault.

‘Ok, top, et moi j’ai rencontré Jean-Michel Tronchard hier matin chez Décathlon, et j’emmerde pas le monde avec ça, donc c’est qui ton Théodore Géricault ?’

Alors déjà, bravo, car si vous allez chez Décath, c’est que vous faites du sport, et c’est bon pour votre santé. Et ensuite, Théodore est le peintre / sculpteur / dessinateur / tout ce que tu veux, qui a notamment fait cette oeuvre :

1280px-JEAN_LOUIS_THÉODORE_GÉRICAULT_-_La_Balsa_de_la_Medusa_(Museo_del_Louvre,_1818-19).jpg
Théodore Géricault, Le radeau de la méduse, 1818-1819
© WikiArt

Aaaaaaaah bah ça la ramène moins d’un coup hein… C’est lui le peintre du fameux radeau sur lequel c’est le bordel, et qu’on y comprend rien.
Pour la petite histoire, ce tableau représente un épisode de grosse foirade – la foirade étant la propension d’une situation à être foireuse – : une frégate de la marine française s’est échouée sur un banc de sable vers la Mauritanie en 1816. 147 personnes vont essayer de survivre en restant sur ledit radeau, mais il n’y aura que 15 survivants.
Ça met l’ambiance. Merci Théodore.

Théodore est un peu plus âgé que Gégé et il aura pas mal d’influence sur son travail.

Gégé n’a pas beaucoup d’argent, donc en 1816, il part aux Beaux-Arts car l’enseignement est moins cher qu’en atelier. PN est toujours son prof malgré cela. Gégé n’a pas des super notes aux examens des Beaux-Arts, il bosse à côté de ses études, il fait du dessin industriel, de la déco…

A partir de 1819, il fait pas mal de décors pour des propriétés privées, des hôtels particuliers à Paris puis il se met à dessiner ses propres tableaux :

arton778.jpg

Eugène Delacroix, Etude pour la vierge du Sacré-Coeur, 1821
© Musée Delacroix

Bon, Gégé n’a toujours pas un rond, donc il se dit qu’il va falloir se secouer un peu et percer dans le game de la peinture car là ça commence à faire long.

 


 

♦ Passion Salons ♦

 

A partir de ses 24 ans, Gégé  va participer à des Salons de peinture pour vendre ses toiles.

Vous allez voir, les Salons, c’est son truc, il a trouvé son filon.

La barque de Dante, 1822, C Wikiart.jpg

Eugène Delacroix, La barque de Dante, 1822
© Wikiart

Le petit souci, c’est que Delacroix a un peu traîné pour choisir ce qu’il allait présenter au Salon Officiel et il a utilisé un vernis qui fait sécher la peinture plus rapidement, histoire de ne pas perdre trop de temps, et là, c’est le drame, car ce vernis, c’est vraiment un truc peu qualitatif, et ça flingue les couleurs… Notamment celles de la toile ci-dessus. C’est con.

Ce tableau est approprié pour être présenté au Salon car il représente plusieurs trucs assez chauds à faire quand on est peintre : le nu, le drapé et les expressions. Bien joué Gégé.

Voyant que ça marche bien, Gégé présente en 1824 ce tableau au Salon Officiel :

Scène des massacres de Scio, 1824, C Wikiart .jpg

Eugène Delacroix, Scène des massacres de Scio, 1824
© WikiArt

Encore un sujet joyeux.

Puis en 1826, il présente celui-ci :

La Grèce sur les ruines de Missolonghi, 1826 C WikiArt.jpg

Eugène Delacroix, La Grèce sur les ruines de Missolonghi, 1826
© Wikiart

Et ça continue de cartonner pour lui, il obtient des récompenses pour son travail et l’Etat rachète ses peintures pour les exposer dans des musées. Bien vu.

Allez, c’est le moment d’apprendre un mot compliqué, pour se la péter à fond :

‘le philhellénisme’

Le philhellénisme, ça aurait pu mais ce n’est pas le fait d’aimer la Grèce. Moi, par exemple, j’ai été en Grèce en juin dernier, c’était très sympa. Il y a des chèvres sur la route et des chats dans les restau, il fait chaud, la nourriture est bonne, et on peut se foutre dans l’eau. Que demander de plus ? Rien certes, mais ça n’a aucun rapport avec ce qu’on était en train de dire, ce n’est pas philhellénique du tout.
J’aimerais que vous vous concentriez.

Le philhellénisme, c’est, selon notre copain Larousse :

‘Un mouvement de soutien aux Grecs, dans leur lutte contre les Turcs pour l’indépendance (1821-1829). L’enthousiasme pour ce que l’on appelait la ‘régénération’ des Grecs, se développa dans toute l’Europe et aux États-Unis, plus particulièrement en Allemagne, en Grande-Bretagne, en France, en Suisse et en Italie.’

Tout ça pour dire que Gégé appartient à ce mouvement, et que ça explique parfois les influences grecques dans ses toiles.

En 1827-1828, Gégé expose encore au Salon officiel, mais cette fois, il va prendre une taule, comme qui dirait, à cause de ce tableau :

La mort de Sardanapale, 1827, C WikiArt.jpg

Eugène Delacroix, La Mort de Sardanapale, 1827
© WikiArt

Donc là, ça ne va pas du tout : les critiques artistiques sont outrés et considèrent ce tableau comme une erreur. Attention, les propos qui vont suivre sont dignes d’un clash de rue entre deux gangs ennemis en Colombie – ou ailleurs – :

‘L’œil ne peut y débrouiller la confusion des lignes et des couleurs… le Sardanapale est une erreur de peintre, Delacroix devrait prendre des cours de perspective , cet art étant à la peinture ce qu’est l’orthographe pour tout le monde’, dira Etienne-Jean Delécluze, un critique artistique, dans le Journal des Débats à l’époque.

C’est d’une violeeeeeeeeeeeeeeeence…

Victor Hugo, un copain de Gégé, dira dans une lettre, en 1828 :

‘Ne croyez pas que Delacroix ait failli. Son Sardanapale est une chose magnifique et si gigantesque qu’elle échappe aux petites vues’.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOH REP À ÇA ETIENNE-JEAN DELÉCLUZE.

Il est possible qu’à l’écrit on n’ait pas l’impression d’être dans un épisode de Rap Contenders, mais sachez que c’est l’atmosphère que j’essaye de transmettre.

Maintenant que je relis, je crois que la retranscription n’est pas top.

Pendant quelques mois, Gégé aura moins de commandes publiques, mais ça ne va pas durer longtemps.

A part ce scandale, pour vous donner une idée de son style, il expose aussi ce tableau au Salon susnommé :

L'exécution du doge Marino Faliero, 1826, C Pubhist.jpg

Eugène Delacroix, L’exécution du doge Marino Faliero, 1826
© Pubhist

Et outre les salons, voici d’autres toiles des années 1820 :

Mademoiselle Rose, 1824, C Wikiart.jpg

Eugène Delacroix, Mademoiselle Rose, 1824
© WikiArt

 

La femme aux bas blancs, 1826, C Wikiart.jpg

Eugène Delacroix, La femme aux bas blancs, 1826
© WikiArt

 

Cheval effrayé par l'orage, 1829, C Crotos Lab.jpg

Eugène Delacroix, Cheval effrayé par l’orage, 1829
© Crotos Lab

 


 

♦ Tous à poil sur les barricades – mes titres sont de pire en pire… – ♦

 

Passons aux choses sérieuses :

La liberté guidant le peuple, 1830 C La depeche.jpg

Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, 1830
© La Dépêche

Aaaaaaaaah bah oui. Là d’un coup vous la ramenez moins.

Toujours au Salon – de 1831-, hein, on ne change pas une équipe qui gagne, Gégé présente ce tableau, peint en 1830. Ça marche pas mal, le tableau est vendu, puis exposé au Musée Royal. Ceci étant dit, le tableau n’est pas montré très longtemps, car le sujet est quelque peu belliqueux et le directeur des Beaux-Arts a peur que le thème du tableau invite les gens à se révolter.

La toile sera quand même présente à l’Exposition Universelle de 1855 avec l’autorisation de Napoléon III. Merci Napo !
A partir de 1874, elle sera au Louvre, ce qui est toujours le cas actuellement, après un petit tour au Louvre-Lens en 2012-2013.

‘Et qu’est-ce qu’il raconte ce tableau de brigands ?’

Alors, le sujet du tableau, c’est les Trois Glorieuses, c’est-à-dire trois jours en juillet 1830 pendant lesquels le peuple français a fait la révolution. Les fins limiers de l’auditoire auront donc identifié la Révolution de Juillet.

La scène se passe à Paris, on voit au fond les tours de Notre-Dame. En gros, des gars franchissent une barricade, il y a des soldats au sol. Une gonzesse, l’allégorie de la Liberté, guide effectivement le peuple, elle a un bonnet phrygien et un drapeau tricolore, donc on ne peut pas se tromper, ça ne concerne pas le Brésil. Ni le Canada. Ni le… Breeeeeeeeeeeef…

 


 

♦ Voyage, voyage, plus loin que la nuit et le jour ♦

 

A part ça, Gégé va voyager un peu en 1831-1832. Il découvre l’Andalousie, le Maroc, la Tunisie, il note tout ce qu’il voit et s’en inspire à fond pour peindre de nouveaux tableaux.

Il marque tout dans des carnets pour être sûr de ne rien oublier et de pouvoir ressortir ses impressions en peinture plus tard.

Il y a pas mal de thèmes orientaux et marocains dans la peinture de Gégé.

Femmes d'Alger dans leur appartement, 1834 C Flickr.jpg

Eugène Delacroix, Femmes d’Alger dans leur appartement, 1834
© Flickr

 

Fanatiques de Tanger, 1838, C Grandspeintres.jpg

Eugène Delacroix, Fanatiques de Tanger, 1838
© Grands Peintres

 

Cléopâtre et le paysan, 1838 C Grandspeintres.jpg

Eugène Delacroix, Cléopâtre et le paysan, 1838
© Grands Peintres

 

Capture d’écran 2018-10-11 à 14.31.00.png

Eugène Delacroix, La noce juive au Maroc, 1841
© Histoire-image

 

Le sultan du Maroc, 1845, C Mygalerie.jpg

Eugène Delacroix, Le sultan du Maroc, 1845
© Mygalerie

 

Marocain sellant son cheval, 1855, C Wikiart.jpg

Eugène Delacroix, Marocain sellant son cheval, 1855
© WikiArt

 

Et là vous allez me dire :

‘On cause, on cause mais il n’a pas quelqu’un dans sa vie Gégé ?’

Et bien figurez-vous que Gégé, le couple, c’est pas son truc. Lui, il va de gonzesse en gonzesse, sans se poser trop de questions. Son dada, c’est l’amitié. Gégé aime ses potes et il aime peindre. C’est tout.

On peut continuer maintenant ?


 

♦ Et vas-y que ça peint sur le plafond ♦

 

Gégé a acquis une certaine notoriété. Le ministre des travaux publics lui confie la décoration du Salon du Roi au Palais Bourbon, qui est l’actuelle Assemblée Nationale.

Voici le résultat :

1024px-Eugene_delacroix_ivstitia_palais_bourbon.jpg

Ledit Salon du Roi, enfin une partie.
© Wiki

En gros, il y a 4 parties et Gégé a choisi de représenter 4 trucs qui sont importants quand on parle de l’Etat (pas con) : la justice, l’agriculture, le commerce et la guerre.

Ce travail va être très bien accueilli, tout le monde va être très content (peut-être que je vais trop loin dans la vulgarisation…), à tel point que le ministre de l’Intérieur va dire à Gégé :

‘Et pourquoi tu ne ferais pas aussi la déco de la bibli du Palais Bourbon frérot ?’

Evidemment, Gégé accepte, déjà parce que c’est bien payé, et qu’en plus, c’est la classe.

Voici le résultat :

1024px-National_assembly_library_cupola.jpg

Un bout de plafond de la bibli’, par Gégé.
© Wiki

Donc, là, rebelote, il y a 5 coupoles, donc 5 thèmes importants dans une bibli selon Gégé : la loi, la théologie, la poésie, la philo et les sciences. Bien vu !

Pour vous situer un peu les choses, au moment où il commence la bibli, on est en 1838, donc Gégé à 40 piges, et à l’époque, selon ta condition physique (si tu vas chez Décath ou pas, par exemple), et ben tu peux avoir des problèmes de santé qui font que ça te ralentit ton chantier, et que du coup il va mettre 9 ans à le faire…

Il va quand même être pas mal sollicité pour d’autres décos de ce genre, ça marche pas mal à son époque.


 

♦ Tuberculose ou choléra, il faut choisir ♦

 

Doooooonc à l’époque, on va dire que l’hygiène et la médecine, c’est pas encore totalement apprivoisé, donc le choléra se répand dans Paris. Sympatoche, du coup, Gégé – qui a déjà la tuberculose – préfère se barrer à la campagne pour aller gambader – un peu – plutôt que de choper les miasmes environnantes.

Une riche idée. Il part donc à Champrosay, dans le 91. Il peint des paysages, des fleurs, on est content pour lui.

2904cc3_18510-n1yovi.ia37k.jpg

Eugène Delacroix, La mer vue des hauteurs de Dieppe, 1852
© Le Monde

 


 

♦ Networking et consécration ♦

 

Comme Gégé est un homme moderne, il s’intéresse à la photo. Et ouais les gars, en 1850, il fonde la Société héliographique, considérée comme la première assoc sur la photo. Gégé fait des photos de nus. On va pas s’attarder là-dessus plus que ça, car c’est pas ce qu’il y a de plus important, et ici, on n’est pas là pour beurrer des sandwichs.

Gégé est un grand mondain, il adore traîner avec les hommes politiques, les gens importants, il est toujours à l’affût d’une commande, et ça lui prend beaucoup de temps et d’énergie. Gégé fait du networking à fond, ce qui marche plutôt pas mal.

En 1855, Delacroix voit plusieurs dizaines de ses toiles dévoilées à l’Exposition Universelle. Il reçoit la Légion d’honneur et la grande médaille d’honneur de l’Exposition Universelle. Bravo Gégé ! En 1857, il va même être élu à l’Institut de France. Ça aura pris du temps, mais Gégé obtient enfin une reconnaissance générale.

 


 

♦ Et ça recommence, il gribouille sur les murs… ♦

 

En 1849, Gégé reçoit une nouvelle commande : il faut faire 3 fresques pour l’église Saint-Sulpice à Paris. Il va mettre 11 ans à les faire.

Voici les 3 fresques :

→ Le combat de Jacob et l’Ange :

1200px-Jacob_Angel_Delacroix.jpg

Ça se castagne sec comme on peut le voir.
Le panneau fait quand même 7m sur 4m, on peut applaudir je pense.
© Wiki

→ Héliodore chassé du Temple :

Heliodore-chasse-Temple-1856-1861-Eugene-Delacroix-eglise-Saint-Sulpice-Paris-715-485_0_729_1040.jpg

Idem pour les dimensions.
© La-croix

→ Saint Michel terrassant le Dragon :

621cb515-2b14-497c-a6f8-3de619d24bb5.jpg

Muchu le dragon dans Mulan, aucun rapport.
© Smule

ParSSulp59.jpg

Encore un beau morceau.
© Patrimoine-histoire

Bon, Gégé se fait vieux, et il décède en 1863, à Paris.

Pour que la chute soit moins rude, je vous laisse sur ce tableau de Delacroix, représentant des animaux doux et soyeux :

Jeune tigre jouant avec sa mère, 1830-1831, C Muzéo

Eugène Delacroix, Jeune tigre jouant avec sa mère, 1830
© Muzéo


 

♦ Le coup de coeur de la rédaction, enfin mon coup de coeur, car il n’y a que moi à la rédaction ♦

 

Cette semaine, le coup de coeur est un podcast : A bientôt de te revoir.
Il s’agit d’une jeune femme, Sophie-Marie Larrouy, qui interviewe des gens plutôt connus, et qui a une imagination débordante. Ce ne sont pas des interviews classiques genre ‘Que diriez-vous à la personne que vous étiez il y a 10 ans?‘, parce que ça franchement… hein… bon…
Les questions de Sophie-Marie sont bien plus pertinentes : ‘Tu mangeais des fourmis quand t’étais petit ?‘, ou encore ‘Qui nous dit qu’on existe vraiment ?‘.
Vous l’aurez compris, on est sur le champ lexical de l’humour, mais finalement, on en apprend plus sur les invités que dans pas mal d’autres podcasts, et surtout on rigole -vraiment, pas genre un petit sourire- et on fronce les sourcils en mode ‘Hein???‘ et ça c’est cool.

Ah oui, et autre chose, dans les épisodes du début notamment, j’avoue avoir été touchée par le côté ‘from Province‘ de Sophie-Marie et de ses invités. Je ne sais pas si c’est votre cas – c’est le mien -, mais il y a parfois un décalage entre ce qu’on est en tant qu’adulte (ou jeune adulte) et là d’où l’on vient, sans que ce soit bien ou non, et Sophie-Marie arrive très bien à retranscrire cela.

Et c’est sympa quoi.

Voici le lien :

Ledit podcast – A bientôt de te revoir –

 


 

On termine sur une petite citation de Gégé :

‘Il faut se servir des moyens qui sont familiers aux temps que vous vivez ; sans cela, vous n’êtes pas compris et vous ne vivez pas.’

Ce qui m’amène tout naturellement à vous parler de mon SUPER compte Insta @artvulgaris !

♥ SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE (SEULEMENT SOUS CETTE CONDITION), vous pouvez vous abonner au site pour recevoir une notification quand un nouvel article est publié, vous pouvez aussi commenter l’article, et le partager avec quelqu’un qui serait susceptible d’être intéressé par son contenu. Vous avez des boutons de partage un peu partout, histoire de vous faciliter le travail.

♥ Si vous aimez les belles images, vous pouvez suivre le compte Instagram du site, il vous informe des publications des nouveaux articles, je poste très régulièrement des belles oeuvres (en rapport avec les articles), et parfois, quand je visite de nouveaux endroits, je fais des stories ⇒ Instagram . Je fais aussi des sélections d’oeuvres sympatoches en story.

♥ Et sinon, bien évidemment, j’ai une page Facebook et un compte Twitter, afin que vous puissiez vraiment avoir le choix niveau réseaux sociaux. On sait jamais.

 


 

Publicités

21 commentaires

  1. lesbellessources

    Savoureux article et en plus de l’humour et des rires à tout bout de champ! Il est long l’article et on ne le sent même pas, si habilement rythmé qu’il est, et puis il nous semble connaître Delacroix intime avec ses réussites et ses déboires. Il nous devient plus proche qu’on serait tenté de continuer à l’appeler Gégé!
    Talent et humour conjugués, c’est un plaisir qui ne se boude pas. Merci Arts Vulgaris !

    Aimé par 1 personne

  2. manonwoodstock

    Gé-nial ton article, et j’ai TELLEMENT ri pour cette histoire de clash de rap, on s’y serait cru 😛 Merci pour ce moment et ravie d’en avoir appris un peu plus sur un tableau que l’on voit dans tous les bouquins d’histoire, mais qu’on ne sait jamais remettre en contexte !

    Aimé par 1 personne

    1. artvulgaris

      Mmmmmh question très intéressante ! Peut-être parce qu’à l’époque la guerre était plutôt normale dans le quotidien des gens ? Ou parce que ça fait classe de peindre des batailles ? Ou parce que c’est un sujet politique et que du coup on va plus parler des tableaux que si c’était juste des fleurs ? Ou parce que les peintres ne foutaient rien pour défendre leur pays donc c’est une manière de se sentir impliqué ?
      Je ne sais pas 🤔 Je vais me documenter.

      J'aime

  3. JulieG

    OMG je ne l’ai pas encore lu car je ne peux pas là tout de suite, mais le titre seulement me fait réagir. Eugène ❤
    Sur mon blog, en peinture je n’ai vraiment parlé que de Toulouse Lautrec (coeur coeur à lui) mais je m’étais toujours dit que je parlerais un jour de Eugène ! (Et du Caravage aussi).
    J’ai très très hâte de lire 🙌

    Aimé par 1 personne

    1. JulieG

      Chouette chouette bravo ! Je trouve un peu un ton à la Kaamelott en fait dans ton écriture teintée d’humour 😉 (on y tourne autour du Astier, il va peut être bien arrivé sur 24h01).
      J’ai lu le journal de Gégé enfin des extraits choisis et sur la personnalité du monsieur j’étais un peu déçu … mais c’est certainement le côté idealisation des artistes qu’on nous sert un peu ..

      Aimé par 1 personne

    2. artvulgaris

      Alors là le ton à la Astier, on peut pas me faire un plus beau compliment 😉 héhé
      Et pour l’idéalisation, je suis complètement d’accord, on a tendance à penser que les artistes sont des sur-hommes, des gars au top à chaque instant vu qu’ils font des choses magnifiques.. mais en fait……….!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s