Johannes Vermeer

La fiche ‘Pas que ça à foutre’

Cropped_version_of_Jan_Vermeer_van_Delft_002.jpg

Johannes Vermeer, ou Jan Van der Meer, ou Vermeer de Delft, ça commence mal.
Né à Delft en 1632, Delft c’est en Hollande.
Décédé à Delft en 1675, à 43 ans. C’est le 17ème siècle, on meurt jeune.
Peintre, mouvement baroque, école néerlandaise.

Le point enchères

TOP 1

johannes-vermeer-a-young-woman-seated-at-the-virginal.jpg

Johannes Vermeer, Jeune femme jouant au virginal, 1670
Huile sur toile, 25x20cm
21 millions d’euros chez Sotheby’s Londres en 2004

TOP 2

Vermeer_saint_praxedis.jpg

Johannes Vermeer, Saint Praxedis, 1655
Huile sur toile, 101x82cm
6 millions d’euros chez Christie’s Londres en 2014

Il n’y a pas de Top 3 car peu d’oeuvres de Vermeer se sont vendues aux enchères.

Petit point Delft

Faisons un petit point Delft avant de commencer.

Delft est une ville connue pour plusieurs raisons.
Déjà, en 1572, Guillaume d’Orange est venu s’installer là bas, Guigui est lui-même connu car il est à l’origine de l’indépendance des Pays-Bas actuels et aussi d’une grosse partie de la Belgique. On le considère souvent comme le gars qui a permis à la Hollande d’être indépendante. Après, au niveau des subtilités géographiques et historiques, ne commencez pas à vous énerver parce que moi c’est pas mon domaine.
Sinon, je trouve que ‘Delft‘, ce n’est pas simple à prononcer donc je vais vite clore ce chapitre.
Pour conclure donc, Delft, c’est connu pour la faïence de Delft, il y avait tout un commerce autour des assiettes – mais pas seulement -, la faïence produite dans les environs de Delft est famous parce que c’est fin, c’est de la qualité, c’est bien fait, y’a du boulot derrière vous voyez, et pour l’époque, c’est une belle performance. Exemple :

AnticStore-Large-Ref-53298.jpg

Voilà un vase couvert en faïence de Delft du début du 18ème, je ne mets pas les chiffres en romain car ça me gonfle. En gros, c’est un fond blanc, un décor bleu, et ça date.
Retenez ça, ça sera déjà bien. 

Bon, tout ça c’est top, mais Vermy ne fait pas de la faïence, il fait de la peinture.

Le très relatif oubli de Vermy

Vermy vient de Delft, et là-bas, c’est une star. Il est bien entouré et a une certaine notoriété. On se calme quand même car il ne reste de Vermy qu’une trentaine de tableaux à l’heure actuelle, il n’a pas produit beaucoup, il a fait dans la qualité, voyez-vous.
De son vivant, Vermy sera donc très connu dans sa région, mais sera vite oublié après sa mort. On le redécouvrira à partir de 1850 car le journaliste artistique français Théophile Thoré-Burger va en parler, et beaucoup d’artistes de l’époque vont se pencher sur son travail. Théo découvre les peintures de Vermy lors d’un voyage à La Haye en 1842, il apprécie beaucoup ce qu’il voit et se passionne pour Vermy, il va remettre à la lumière du jour la plupart de ses oeuvres.
D’ailleurs, dans ses écrits, il appelle Vermy le ‘sphynx de Delft’.

Capture d’écran 2018-10-30 à 12.53.27.png

Voici un exemple de chat sphynx, afin d’illustrer mon propos.

Siècle d’or, et tout le tintouin

Selon les gens qui s’y connaissent en Histoire de l’Art, Vermy fait partie du ‘Siècle d’or néerlandais‘.

D’ailleurs, si vous voulez, vous pouvez régulièrement ajouter ‘d’or’ à n’importe quel concept, genre ‘l’âge d’or de la marque Lafuma’ ou ‘la règle d’or du fromage du Cantal’, ça donne une crédibilité indéniable à vos propos, croyez-moi.

‘T’es choue, mais c’est quoi ce machin néerlandais en or ?’

Ce machin, c’est une appellation qui désigne une période où les Pays-Bas déchirent tout, à tous les niveaux MAIS SURTOUT en peinture, à tel point qu’on parle de ‘Siècle d’or‘ tant pour parler des réussites politiques, commerciales, culturelles des Pays-Bas à l’époque, que pour parler du courant artistique qui touche la peinture hollandaise à ce moment là. En gros, on a un maximum de peintres très talentueux aux Pays-Bas pendant ledit siècle d’or genre : Peter de Hooch, Willem Kalf, Franz Hals, Rembrandt, et Vermy…

800px-Pieter_de_Hooch_013.jpg

Peter de Hooch, Portrait de famille dans une cour de Delft, 1658-1660

Willem_Kalf_-_Still-Life_-_WGA12089.jpg

Willem Kalf, Nature morte à la cruche d’argent, 1655-1657

Frans-Hals-le-banquet-des-officiers-de-la-compagnie-se-Sain.jpg

Franz Hals, Le banquet des officiers de la compagnie Saint-Georges, 1616

rembrandt.jpg

Rembrandt, La leçon d’anatomie du Dr. Tulp, 1632

Les scènes de genre

Vermy est connu pour ses ‘scènes de genre‘, c’est-à-dire des scènes de la vie quotidienne, avec des gens qu’on ne connait pas.

Exemple : Domitille et Roger qui font la cuisine à côté d’une armoire. C’est une scène quotidienne pour Domitille et Roger, et on ne les connait pas car Domitille et Roger sont des gens plutôt banals.

Alors en général, c’est pas chez n’importe qui que ça se passe quand même, on prend des gens plutôt friqués, histoire d’avoir des trucs sympas à peindre, genre des belles robes, des beaux meubles, de jolis intérieurs… Parce qu’une vieille botte de foin avec un gars qui n’a pas de dent, ça va moins se vendre, voyez-vous.

‘Quel est l’intérêt ?’ me direz-vous.

Et bien, c’est un genre de photo de l’époque, ça permet de voir la situation des gens à travers l’histoire, à travers un tableau, l’objectif est de traduire la réalité. Bon, évidemment, il y a quand même des petites retouches, pour ajouter un contenu symbolique, allégorique et religieux, parce qu’on est quand même au 17ème, faudrait pas s’affranchir de toutes ces contraintes morales et spirituelles non plus !
Mais on est quand même dans de la peinture descriptive.

L’instant Closer

On ne sait pas grand chose de la vie de Vermy, à part qu’il la passe à Delft. Ses parents ont eu deux enfants : Vermy et sa soeur. Son père est maître tisserand (il tisse des trucs en soie, en laine, en alpaga, tout ce que vous voulez). Vermy passe son enfance dans les rouleaux de tissus, c’est sympa. Son père devient aubergiste-marchand d’art. C’est un métier hybride : le père de Vermy tient son auberge, tout en rencontrant le gratin delftois pour lui vendre de l’art. Pas con.

On ne sait pas vraiment comment Vermy s’est formé en art, mais il a été formé. C’est assez flou.

Voici néanmoins ses premières oeuvres :

Vermeer_-_Diana_and_Her_Companions.jpg

Johannes Vermeer, Diane et ses compagnes, 1653-1656
A l’époque, il a la vingtaine, on peut dire que c’est un travail soigné. Ne me remerciez-pas pour mes commentaires, ça me fait plaisir de les partager. 

800px-Vermeer_young_women_sleeping.jpg

Johannes Vermeer, Une jeune fille assoupie, 1657
Je ne vois pas d’où elle est assoupie.
Si vous avez déjà dormi comme ça, faites moi signe. 

Vermeer se marie avec Catharina Bolnes, elle vient d’une bonne famille catholique, donc il se convertit au catholicisme car à l’époque c’est comme ça qu’on séduit sa belle famille. D’ailleurs, pour appuyer cette conversion, il se met à peindre des trucs catholiques genre cette toile :

1200px-Johannes_(Jan)_Vermeer_-_Christ_in_the_House_of_Martha_and_Mary_-_Google_Art_Project.jpg

Johannes Vermeer, Le christ dans la maison de Marthe et Marie, 1655

Effectivement, quand tu peins des toiles comme ça, on a du mal à croire que ta conversion ne soit pas sincère, donc c’est OK pour la belle-famille, Vermy est accepté.

Là, on est au début de sa carrière, mais on peut voir que l’inspiration catholique perdurera jusqu’à la fin de sa vie :

800px-Vermeer_-_Allegorie_op_het_Geloof_(1671-1674).jpg

Johannes Vermeer, L’Allégorie de la Foi, 1670-1674

Et là, vous allez me dire :

‘Pourquoi il y a un putain de serpent fracassé par une pierre au premier plan de cette toile? Vermy abusait-il de plantes hallucinogènes ?’

Et bien non, c’est juste l’allégorie de l’hérésie, qui prend donc totalement cher. Pas bien d’être hérétique, voyez-vous.

Sinon, Vermy et sa femme ont eu plus d’une dizaine d’enfants – entre 11 et 15-.

Passons à autre chose.

Parlons peu, parlons bien, parlons tableaux

Commençons par du lourd si vous voulez bien :

La jeune fille à la perle, 1665, C Artsalonholland.nl.jpg

Johannes Vermeer, La jeune fille à la perle, 1665

On ne sait pas qui est la jeune femme, probablement une des filles de Vermy, vu qu’il a eu 142 enfants, il a le choix. Elle a une grosse perle à l’oreille, d’où le titre. On est sur une peinture à l’huile, des dimensions sympas (45cm sur 39cm).

Cette peinture représente l’âge d’or de la peinture néerlandaise dont on a parlé avant, avec une petite inspiration italienne sur les bords puisque cette pose genre ‘je me retourne un peu et je te regarde de manière farouche au dessus de l’épaule’ est typiquement italienne à l’époque.

Deux exemples :

800px-Titian_-_Portrait_of_a_man_with_a_quilted_sleeve.jpg

Titien, Portrait d’homme, l’Arioste, 1512

800px-Raffaello_Sanzio_-_Ritratto_di_Bindo_Altoviti.jpg

Raphaël, Portrait de Bindo Altoviti, 1515

Et dans la même veine, allez jeter un oeil à la Joconde dont on a déjà parlé ici, vous verrez qu’il y a quelques similitudes. D’ailleurs, la Jeune fille à la perle de Vermy est souvent appelé la ‘Joconde du Nord‘.

Cette pose a très utilisée par Vermy :

La jeune fille au verre de vin, 1659-1660, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, La jeune fille au verre de vin, 1659-1660

La fille au chapeau rouge, 1665-1666, C Art Tribune.jpg

Johannes Vermeer, La fille au chapeau rouge, 1665-1666

Portrait d'une jeune femme, 1666-1667, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, Portrait d’une jeune femme, 1666-1667

Une dame debout au virginal, 1670-1672, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, Une dame debout au virginal, 1670-1672

‘Pourquoi la Jeune fille à la perle sort du lot ?’

Bon, ça, ça devient carrément subjectif, mais une des raisons objectives, c’est l’utilisation d’un procédé qui s’appelle la chambre noire.

‘Qu’est-ce que c’est que ce machin ?’ me direz-vous.

La chambre noire ou camera obscura est un instrument optique qui permet de projeter une lumière sur une surface plane, c’est-à-dire, d’avoir les contours d’une image réelle sur une toile, par exemple. C’est un peu l’ancêtre de la photographie, et c’était très utilisé par les peintres pour avoir une approche ultra précise de leurs modèles. Je ne rentre pas dans les détails techniques car j’en suis malheureusement totalement incapable, mais en gros, il parait que cette technique a été utilisée par Vermy pour ce tableau.

chambre-obscure-dessin-extrait-de-l-encyclopedie-de-diderot-et-d-alembert.jpg

Voici le dessin de la bête, extrait de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

A part les poses de côté, Vermy est aussi pas mauvais pour représenter des personnages sur des fonds quotidiens. A chaque fois, la lumière vient frapper les sujets en pleine tronche. Vermy a fait ça tout au long de sa carrière, avec des personnages de toutes sortes :

Jeune femme à l'aiguière, 1660-1662, C Grands peintres.jpg

Johannes Vermeer, Jeune femme à l’aiguière, 1660-1662

La dame au collier de perles, 1662-1664, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, La dame au collier de perles, 1662-1664

Jeune femme écrivant une lettre, 1665, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, Jeune femme écrivant une lettre, 1665

L'astronome, 1668, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, L’astronome, 1668

Le géographe, 1668-1669, C Wikiart.jpg

Johannes Vermeer, Le géographe, 1668-1669

Et là, vous allez me dire :

‘T’es mignonne avec tes personnages divers et variés, mais nous ce qu’on veut, c’est voir la Laitière’.

La Laitière serait une des servantes de la belle-mère de Vermy, qui avait pas mal d’argent. 

La laitière, 1660 C Rivage de Bohème.jpg

Johannes Vermeer, La laitière, 1658

Au niveau dimension, on est sur un petit tableau : 45x41cm.

La laitière est connue car elle est stylée, mais aussi parce qu’elle est utilisée par Nestlé depuis 1973, qui a créé une marque qui s’appelle La Laitière, allons-y gaiement.

J’ai été sur le site de la marque et voici leur explication :

‘Ce tableau, illustrant une femme modeste qui met du cœur dans sa cuisine, exprime l’attention, la générosité et le savoir-faire authentique. C’est ainsi que la Laitière incarne le goût de ce qui est fait avec passion et amour.’

Et beh.

Pour revenir au tableau concret, on a une mini-nature morte sur la table, de la lumière dans la tronche de la servante, des couleurs sympas, c’est un bien beau tableau et le traitement des lumières est pour beaucoup dans sa renommée.

Alors évidemment, vous avez des gens qui partent sur des métaphores érotiques, religieuses etc mais on ne va pas rentrer là dedans, car c’est de l’interprétation pure.

Plus largement, au niveau business, on a principalement un gros acheteur d’oeuvres de Vermy : Pieter Claesz van Ruijven, un gars riche de Delft, qui a acheté la majeure partie des oeuvres de Vermy, genre une vingtaine de toiles. C’est cool SAUF que du coup, les oeuvres de Vermy ne se propagent pas ailleurs qu’à Delft.

Et malheureusement pour Vermy, en 1672, une crise économique engendre un véritable merdier (la phrase avait pourtant bien commencer) et le marché de l’art se casse la gueule (comme ma phrase du coup).

Sans transition, en 1675, Vermy décède. Voilà voilà.

LES NEWS :

Pour se tenir un peu au courant de ce qui se passe, vous pouvez recevoir une fois par mois les derniers articles d’Art Vulgaris : 
(là il faut entrer votre email sinon ça ne marche pas)

 

Ou suivre Art Vulgaris sur les réseaux sociaux : 
(ou les deux soyez pas lourds)

Insta : Vous retrouverez quotidiennement des oeuvres des artistes abordés sur le site et de la culture G à foison pour se la péter à l’apéro, je partage des visites de musées, de foires d’art, des résumés de conférences et tout le tintouin. Et des photos de bébés animaux en story car la vie est suffisamment compliquée comme ça.

Facebook et Twitter : Pour ceux qui n’ont pas insta et qui veulent quand même suivre l’actu dudit site (grosso modo le même contenu que sur insta).