Yves Klein

La fiche ‘Pas que ça à foutre’

Screenshot 2018-12-26 at 10.25.33.png

Portrait d’Yves. 

Yves Klein
Né en 1928 à Nice
Décédé en 1962 à Paris, à 34 ans
Artiste français, mouvement avant-gardiste de l’après-guerre
Connu pour son bleu IKB (International Klein Blue), ça se la pète d’emblée

Le point enchères

TOP 1

Le rose du bleu RE 22.jpg

Yves Klein, Le rose du bleu RE 22, 1960
Technique mixte, 199x153x16cm
Vendu pour 26 millions d’euros chez Christie’s London en 2012

TOP 2

FC1 (Fire Color 1) C Christie's.jpg

Yves Klein, FC1 (Fire Color 1), 1962
Technique mixte, 141x299x3cm
Vendu pour 24 millions d’euros chez Christie’s New-York

TOP 3

Sculpture Éponge Bleue Sans Titre, Se 168.jpg

Yves Klein, Scupture Eponge Bleue Sans Titre, SE 168, 1959
Résine, pigment, pierre, 112cm
Vendu pour 15 millions d’euros chez Sotheby’s New-York

L’incompréhension

Ok les gars donc on va casser les codes (cette expression est nulle, ne l’utilisez pas), et on va commencer par une citation d’Yves :

Pour lui, la peinture c’est :

‘comme la fenêtre d’une prison, où les lignes, les contours, les formes et la composition sont déterminés par les barreaux’.

J’ai RIEN compris, sans déconner vraiment, là, j’ai pas la réf.

Voilà ce qu’on va faire : on va essayer de commencer par la bio, et peut-être qu’après on y verra plus clair.

La biographie dudit Klein

Les parents d’Yves sont artistes.

Là, je vous vois venir :

‘Ah bah voilà, évidemment c’est beaucoup plus simple. Par exemple, David Hallyday, c’était facile pour lui de devenir chanteur vu que son père c’est Johnny.’

Donc je me permets de vous couper tout de suite, car, outre le fait que votre exemple est très mal choisi, vous serez ravis de savoir qu’Yves, son truc, c’est le judo.

Je déconne pas. Vraiment, lui à la base il a fait l’Ecole nationale de la Marine marchande et l’Ecole nationale des langues orientales (déjà tu sens que le gars est pas fixé fixé sur un choix de carrière).

Dès 18 ans, il s’intéresse à fond au judo. Bon, à l’époque – en 1946 – le judo est considéré comme une technique de maîtrise de soi, quelque chose d’intellectuel et de spirituel. Genre ne vous mettez pas à comparer Yves avec Teddy Riner – champion olympique de judo en 2012 et 2016 pour ceux qui voudraient jouer à Trivial Pursuit cet hiver -.

Et là, ça y est, l’article se casse déjà la gueule, puisque je vais vous apprendre un nouveau mot : rosicrucien.

Voilà.

Donc, rosicrucien ça veut dire dérivé des manifestes de la fraternité de la Rose-Croix, qui est un ordre secret fondé au 15è siècle par Christian Rosenkreutz.
Je ne sais pas exactement ce qu’ils revendiquent et je crois que je n’ai pas envie de le savoir. Selon Wiki, leur théorie relève de l’hermétisme chrétien, du néoplatonisme et du paracelsisme. Donc là, vous avez la confirmation que je ne veux plus entendre un mot à propos de ce courant.

Mais si moi ça ne me dit rien, ce n’est pas la même chose pour Yves.

Yves se nourrit de ses théories et adhérera à ce mouvement jusqu’en 1953.

En 1949, il part à Londres histoire de pratiquer un peu son anglais, et il en profite pour apprendre l’art de la dorure chez Robert Savage, un encadreur. Ce sont grosso modo ses premières expériences dans le monde de l’art.

Ce sont des petits monochromes sur carton. Il s’inspire du ciel de Nice, et veut peindre un ‘monde de la couleur pure‘.

A la même époque, Lucio Fontana fait ses premiers monochromes griffés.

Fontana, c’est un gars qui – en gros – peint des toiles d’une seule couleur et fout un ou plusieurs coups de griffes dessus :

fontana.jpg

Lucio Fontana (1899-1968), Concetto Spaziale, Attese, 1965

Alors ne commencez-pas à commenter :

‘Haaaaaaan mais c’est du foutage de gueule, tout l’monde peut l’faire ça haaaaaaaaaaan’

Oui, tout le monde peut le faire. Mais faites-le déjà. Après on en discute.

Là-dessus, Yves part en Espagne pour étudier l’espagnol et fait des remplacements en tant que prof de judo. Puis, il part au Japon pour perfectionner sa technique et devient ceinture noire 4e dan à Tokyo pendant ce séjour. C’est le premier français à atteindre un tel niveau. Pas mal.

Il en profite pour organiser des expos…pour ses parents : Fred Klein et Marie Raymond.

Capture d’écran 2018-12-19 à 12.43.22.png

Marie Raymond, Montagne, 1961

Capture d’écran 2018-12-19 à 12.45.18.png

Fred Fritz Klein, Sans titre.

Le couple est exposé dans plusieurs lieux sympas à Tokyo.

Et à part foutre des coups de pieds sur un tatami, il fait quoi?

→ Les débuts : 

Yves retourne en Espagne et publie le livre ‘Yves Peintures‘ en mai 1954, qui est une parodie de catalogue d’artiste : toutes les oeuvres sont des monochromes, soit-disant en rapport avec des villes, m’enfin ce sont des monochromes donc le lien est pas forcément évident, la préface a été remplacée par des lignes de peintures et les dimensions des oeuvres sont en millimètres. Bref, Yves est un sacré fanfaron.

Capture d’écran 2018-12-19 à 12.57.02.png

Pages d’Yves Peintures, vendues chez Christie’s Paris en 2014 pour 75 900 euros.

En 1955, Yves se décoince et souhaite exposer sa première oeuvre au Salon des Réalités Nouvelles au Musée d’art moderne de Paris :

Expression de l'univers de la couleur mine orange, 1955.jpg

Yves Klein, Expression de l’univers de la couleur mine orange, 1955
Pigment et résine sur carton, 95x226cm

Sauf qu’on lui dit (retranscription peu exacte) :

‘Ecoute Yves, t’es sympa, vraiment, on t’aime beaucoup, et l’autre soir c’était vraiment sympa de se voir pour l’apéro, mais là tu te fous vraiment de notre gueule. Nan mais sérieusement, y’a rien sur ta toile là, y’a du orange, bon, ça, OK, mais franchement, je sais pas moi, ajoute un point, un ligne, ce que tu veux, mais là, on peut rien faire, on va passer pour des blaireaux Yves… Essaye de comprendre, c’est pas contre toi mais là c’est too much, ça passera jamais’.

Yves refuse d’ajouter quoi que ce soit sur ses toiles et n’est donc pas exposé.

Yves ne se démonte pas et continue les monochromes, et pour ce que ce soit encore MOINS personnalisé, il utilise le rouleau au lieu du pinceau, comme ça au moins, on est sûr que ce sera vraiment un putain de monochrome.

Yves aime les monochromes.

Yves adore les monochromes.

Il expose ses toiles pour la première fois à Paris, mais tout le monde s’en fout, quelque chose de violent.

En 1956, il rencontre Pierre Restany, un historien de l’art et un critique, qui va le remotiver et le suivre dans ses délires.
Yves expose à la galerie Colette Allendy à Paris et ça marche beaucoup mieux, il est soutenu et apprécié. Il devient connu sous le pseudonyme dYves le Monochrome.

Un surnom somme toute assez nul.

Mais Yves A-DO-RE les monochromes.

→ L’IKB : 

En 1956, Yves est en forme et crée l’IKB, l’International Klein Blue.

Voici ce qu’il en dit à une conférence à la Sorbonne, en 1959 :

‘Le bleu n’a pas de dimensions. Il est hors de dimensions, tandis que les autres couleurs elles, en ont. Ce sont des espaces psychologiques. Le rouge, par exemple, présuppose un foyer dégageant de la chaleur. Toutes les couleurs amènent des associations d’idées concrètes, matérielles ou tangibles d’une manière psychologique, tandis que le bleu rappelle tout au plus la mer et le ciel, ce qu’il y a après tout de plus abstrait dans la nature tangible et visible.’

Ok. La drogue.

Et c’est parti pour un doux florilège d’IKB :

IKB 20, 1960 .jpg

Yves Klein, YKB 20, 1960
Pigment et résine sur bois, 8x5cm

IKB 75, 1960.jpg

Yves Klein, IKB 75, 1960
Pigment pur et résine synthétique sur gaze, 199x153cm

IKB 160 B, 1957.jpg

Yves Klein, La vague, IKB 160 B, 1957
Pigment et résine sur plâtre, 78x56cm

Il expose ça un peu partout et Lucio Fontana en achète un, histoire de poser la notoriété du gars.

A part ça, Yves se marie en 1962 avec Rotraut Uecker, une artiste allemande.

Et Yves décède. En juin 1962, il meurt d’une crise cardiaque, deux mois avant que son fils naisse.

Donc voili voilou. Et vu que son existence a été assez courte, on va avoir plus de temps pour s’intéresser à ses oeuvres !
La vie n’est-elle pas bien faite ?!

Bon, on a déjà vu l’IKB, on va pas y revenir 15 fois.

Yves a aussi bossé avec d’autres couleurs, parce que faut pas déconner :

Monogold, MG 8, 1962.jpg

Yves Klein, Monogold, MG 8, 1962
Feuilles d’or sur panneau, 91x73cm

Monogold, MG 35, 1959.jpg

Yves Klein, Âge d’or, MG 35, 1959
Feuilles d’or sur panneau, 27x22cm

Monopink, MP 30, 1955.jpg

Yves Klein, Monochrome sans titre, MP 30, 1955
Pigment pur et résine synthétique sur panneau, 100x65cm

Monopink, MP 21, 1961.jpg

Yves Klein, Monopink, MP 21, 1961
Pigment pur et résine synthétique sur gaze, 48x38cm

→ Les anthropométries :

Niveau bleu, on a aussi les anthropométries :

Yves aime bien peindre quand il y a des modèles, des gens, des inspirations féminines dans son atelier. Ça c’était l’étape 1. L’étape 2, c’est de foutre les gens dans la peinture et puis de les foutre sur la toile.
A ce sujet, on se souvient tous (ou alors juste moi) du merveilleux site ‘Couper Foutre‘, qui, a, je dois bien l’avouer, enchanté mon adolescence.
Exemple :

ANT 67, 1960.jpg

Yves Klein, Anthropométrie sans titre, ANT 67, 1960
Pigment et résine sur papier, 224x150cm
plus une personne qui se colle aux papiers vous l’aurez compris. 

ANT 50, 1960.jpg

Yves Klein, ANT 50, 1960
Pigment pur et résine, 109x74cm
et toujours une gonzesse pleine de peinture qui se fout sur la toile. 
Un peu comme quand vous foutez votre main dans une photocopieuse. Breeeeeeeeef.

→ Les anthropométries suaires : 

Il a aussi fait des anthropométries sur du tissu, devenant alors des objets de culte CAR ça se rapproche du suaire de Turin. Le suaire de Turin, c’est un drap très très vieux (genre 14è-15è siècle ) avec une image d’homme crucifié (vous voyez de qui on parle). C’est le Saint-Suaire, c’est une icône de la religion catholique. Bref je m’attarde pas là-dessus car c’est pas mon domaine, si tant est que j’ai un domaine.

Breeeeeeeeeeef, Yves fait des empreintes de femme sur des tissus, et du coup, il appelle ça des anthropométries suaires. Fallait le trouver.

Exemple :

ANT SU 21, 1960.jpg

Yves Klein, ANT SU 21, 1960
Pigment et résine sur toile fine, 64x56cm

→ Les sculptures : 

La Vénus d'Alexandrie, 1962.jpg

Yves Klein, La Vénus d’Alexandrie, 1962
Pigment, résine sur plâtre, 70cm

Sculpture S18, 1957.jpg

Yves Klein, S 18, 1957
Pigment pur et résine sur métal, 74x35x37cm

→ Les peintures de feu : 

Dans un autre style, Yves fout le feu à des bouts de toiles, et ça fait des formes.

‘Han bah il s’est pas foulé hein…’

Ouais. Bah faites le hein. Une fois de plus.

Peinture de feu, 1961.jpg

Yves Klein, Peinture de Feu, F30, 1961
Carton brûlé, 60x50cm

F 86, 1961.jpg

Yves Klein, F 86, 1961
Carton brûlé, 80x119cm

Et avec de la couleur ça donne ça :

FC 17, 1962.jpg

Yves Klein, Peinture de Feu Couleur sans titre, FC 17, 1962
Pigment pur et résine sur carton brûlé, 106x94cm

→ Les Cosmogonies : 

Pour rester dans le côté ‘je crée avec des trucs naturels‘, Yves invente les Cosmogonies.

Pour la faire courte, ce sont des traces de vent, de pluie, de sable, d’eau, sur des toiles :

Yves.jpg

Yves Klein en train de patauger pour créer des Cosmogonies, 1960

COS 8.jpg

Yves Klein, COS 8, 1960
Pigment pur, résine, sur carton marouflé, 64x49cm

→ Les reliefs éponges : 

RE 44, 1960.jpg

Yves Klein, RE 44, 1960
Pigment, résine, 65x32x8cm

Vous avez compris le principe.

Allez ciao.

PS : Passez de bonnes fêtes 🙂

La plupart des photos viennent de l’excellent site Yves Klein.

Les news : 

Insta : Vous retrouverez quotidiennement des oeuvres des artistes abordés sur le site et de la culture G à foison pour se la péter à l’apéro, je partage des visites de musées, de foires d’art, des résumés de conférences et tout le tintouin. Et des photos de bébés animaux en story car la vie est suffisamment compliquée comme ça.

Facebook et Twitter : Pour ceux qui n’ont pas insta et qui veulent quand même suivre l’actu dudit site (grosso modo le même contenu que sur insta).