Pablo Picasso

Après une pause dans les biographies avec un article sur la BRAFA et ArtGenève 2019, nous reprenons avec une agressivité sans limite puisque cette semaine on s’attaque à la Pic, à la Picasse, au Pablo Picasso. 

La fiche ‘Pas que ça à foutre’

Pablo Ruiz Picasso
Né à Malaga, en Espagne, en 1881

Capture d’écran 2019-02-14 à 12.45.24.png


On n’est jamais à l’abri d’une map.
Décédé à Mougins, en France en 1973

Capture d’écran 2019-02-14 à 12.44.27.png


On n’est VRAIMENT jamais à l’abri d’une map.
Peintre, dessinateur, graveur… tout ce que vous voulez.
Nationalité espagnole mais a passé la majorité de sa vie en France, un bien beau pays qui lui a refusé sa naturalisation. Bien joué.
Cubisme, surréalisme et bien d’autres mouvements.
La Picasse a été très productif, on compte plus de 50 000 oeuvres lui étant attribuées.

Le point enchères

TOP 1

Les femmes d’Alger, Version 0, 1955
Huile sur toile, 114x146cm
Vendue pour 142 millions d’euros chez Christie’s, à New-York en mai 2015.

TOP 2

Fillette à la corbeille fleurie, 1905
Huile sur toile, 154x66cm
Vendue pour 85 millions d’euros chez Christie’s New-York en mai 2018.

TOP 3

Garçon à la pipe, 1905
Huile sur toile, 99x81cm
Vendue pour 76 millions d’euros chez Sotheby’s à New-York.

La petite Picass’

Le père de la Picasse est professeur de peinture et sa mère est fille de vigneron, ce qui est déjà pas mal à l’époque pour une femme, malheureusement.

Pablo a deux soeurs, mais l’une d’entre elles meurt de la diphtérie, ce qui va pas mal le traumatiser.

Il peint depuis toujours et son père l’encourage dans ce sens. Il peint son premier ‘vrai’ tableau à 8 ans, pendant que moi je disais que j’étais malade pour ne pas aller en cours de piano. Chacun sa life.
Il s’agit du Petit Picador Jaune, peint en 1889 :

Petit Picador Jaune, 1890 C Ciné club de caen.jpg

A 14 ans, en 1895, il peint sa première grande toile (166x118cm) :

premierecommunionh450.jpg

La première communion, 1896

A 15-16 ans, il entre donc naturellement aux Beaux-Arts de Barcelone.

Science et charité, 1897, C Ciné club de Caen.jpg

Science et charité, 1897

Le tableau Science et charité reçoit la mention honorifique de l’exposition des Beaux-Arts de Madrid.

La Picass’ adulte. 

Picasso fréquente les bordels de Barcelone dès l’âge de 15 ans, ça serait dommage de perdre du temps sur les bonnes choses de la vie, d’où le fait qu’il y ait pas mal de dessins érotiques dans son oeuvre.

En 1897, notre belle Picasse réussit naturellement le concours de l’académie royale de San Fernando à Madrid, mais ça ne lui convient pas, il est au dessus de tout ça. Donc il va vivre avec des paysans, dans le village de Pallarès.

Au top. Il revient à Barcelone, il passe sa vie au cabaret, c’est la mode à l’époque.
Puis i
l déménage à Paris, plus précisément à Montmartre.
Pour faire court, j’ai été au Musée Montmartre il y a deux mois, l’ambiance c’est : des moulins, des cabarets, des gonzesses à poil, de l’absinthe et des artistes. Si vous avez besoin de moi pour résumer des périodes historiques larges de manière très basique, n’hésitez pas à me solliciter. 

Le Moulin de la Galette, 1900, C Ciné.jpg

Le moulin de la Galette, 1900

Pablo est copain avec un dénommé Casagemas, un type assez fragile, qui essaye de tuer sa compagne danseuse au Moulin rouge car elle n’est pas tout à fait fidèle, puis il se suicide (en gros). Cela va beaucoup affecter notre Picasse, car c’était vraiment son meilleur copain.

La mort de Casagemas, 1901 C Ciné.jpg

La mort de Casagemas, 1901

L’enterrement de Casagemas, 1901

Il entre dans sa période bleue, car ça ne va pas fort.

Artistiquement parlant, qu’est-ce que ça donne ?

→ La période bleue :

On est sur de la couleur bleue, de la tristesse, de la mélancolie, de la pauvreté. Au top. 

Autoportrait en bleu, 1901 C CINE.jpg

Autoportrait en bleu, 1901

Portrait du poète Sabartes, 1901, C Ciné.jpg

Portrait du poète Sabartes, 1901

Arlequin accoudé, 1901, C Ciné.jpg

Arlequin accoudé, 1901

La chambre bleue, 1901.jpg

La chambre bleue, 1901

Pierreuses au bar, 1902, C CINE.jpg

Pierreuses au bar, 1902

La vie, 1903 C CINE.jpg

La vie, 1903

A l’époque, la Picasse n’a pas une thune, mais ça ne l’intéresse pas plus que ça. Il est triste. Il n’a pas besoin d’oseille pour peindre du bleu. 

Il finit quand même par être exposé à la galerie Ambroise Vollard et à la galerie Berthe Weill, des galeries très importantes.

→ La période rose :

Pablo s’installe son atelier au Bateau-Lavoir. Il rencontre sa première femme, Fernande Olivier.

‘Qu’est-ce ssé que le Bateau-Lavoir ? 
Encore une péniche de hippie ?’
me demanderez-vous, avec véhémence.

Et bien non, c’est juste le nom d’une ruelle avec plein d’ateliers d’artistes, dans le 18ème arrondissement à Paris sur la butte Montmartre. Cette cité d’artistes existe depuis 1904, justement. Il y a toujours des ateliers d’artistes actuellement.

Pendant la période rose les thèmes sont : le rose, la joie, mais avec un peu d’inquiétude quand même, mais avec quand même de l’amour, et aussi un peu de zoo et de cirque. 

Famille d’acrobates avec un singe, 1905

Acrobate à la boule, 1905

La fillette à la corbeille fleurie, 1905


Meneur de cheval nu, 1905-1906

En 1905, notre Picasse trouve un duo de mécènes : Gertrude et Leo Stein. Ils sont frères et soeurs donc calmez-vous avec vos idées graveleuses. Ce sont deux collectionneurs américains, ils seront les mécènes de notre Picasse, de Henri Matisse… Ils ont donc bon goût.

Portrait de Gertrude Stein, 1906

Les Stein lui achètent un max de toiles, et Pablo devient riche.
Le thème de la mort devient très présent dans ses toiles. Comme quoi, il a beau être blindé, il n’en reste pas moins chétif à l’idée de CREVER un jour, comme NOUS TOUS.
Je m’emporte un peu. 

Ambroise Vollard, de la galerie éponyme, achète la plupart de ses tableaux de la période rose. 

La Picasse part avec sa femme à Gósol, un village paumé en Catalogne, il y peint les Demoiselles d’Avignon, c’est le début du cubisme. On retrouve dans ce tableau une influence des masques africains, plus spécifiquement l’art congolais, qui passionne Picasso. 

Les demoiselles d’Avignon, 1906-1907

Les débuts du cubisme ont été influencés par les mathématiques, notamment les travaux de Henri Poincaré et Esprit Jouffret.

Vous voulez des précisions?
Mais bien sûr.
C’est toujours un plaisir d’en apprendre un peu plus sur les mathématiques, c’est vraiment l’un de mes points forts.

Henri Poincaré a bossé sur les sujets suivants : l’optique, le calcul infinitésimal, le problème des trois corps, la théorie du chaos, la théorie des systèmes dynamiques.
Rien de bien méchant.
Quant à Esprit Jouffret, il s’est surtout intéressé à la géométrie à quatre dimensions.

Je pense que c’est suffisant.

→ Le cubisme :

La Picasse et Georges Braque vont lancer le mouvement du cubisme.

Georges Braque est un peintre, sculpteur et dessinateur français (1882-1963).

Georges Braque, Maisons à l’Estaque, 1908

Les deux réalisent ensemble des peintures cubistes.
En gros, le cubisme, c’est la représentation de la réalité en mode cube, en mode géométrie.

Exemple d’oeuvres cubistes, pas forcément par Picasso, soyez-attentifs, on est tous fatigués :

Juan Gris, Portrait de Pablo Picasso, 1912

Francis Picabia, La source, 1912

Albert Gleizes, Paysage cubiste, 1914

Dryade (nu dans la forêt), 1908

Horta de Ebro, 1909

Portrait d’Ambroise Vollard, 1910

Nature morte à la chaise cannée, 1912

Bon, on a compris là ça va. Au bout d’un moment, le mouvement s’essouffle.

Entre temps, il change de gonzesse et se met avec Eva Gouel. Puis décès d’Eva Gouel en 1915.

C’est une période de guerre, mais la Picasse s’en tape car il est espagnol. Il ne participe pas à cette vaste fumisterie. 

Il rechange de gonzesse, et se marie avec Olga Khokhlova. 

Entre temps, il a des enfants, tout ça tout ça. 

Il change de style, il entre dans le néo-classicisme, puis dans le surréalisme.

Trois femmes à la source, 1921

→ Le surréalisme :

En 1925, la Picasse se met au surréalisme. On en a déjà parlé ici.

La danse, 1925

L’atelier, 1928-1929

Blablabla il change encore de gonzesse. J’arrête de les mentionner, car avec tout le respect que je leur dois, il change de meuf tous les deux ans, donc on ne va pas s’en sortir. Et en plus – entre nous – on s’en tape un peu de sa vie sentimentale. Il a eu sept gonzesses et quatre enfants. Basta. 

Bon, vous l’aurez remarqué, pas mal d’artistes bougent dans tous les sens.
Nous, on déménage deux fois et après on souffre de désinsertion sociale, donc on s’endette sur 25 ans et on achète un 3 pièces en Vendée et on la boucle.
Les artistes ne sont pas comme nous. Ils déménagent tous les ans, ils s’en tapent que la Poste n’ait pas suivi leur changement d’adresse et que les impôts les poursuivent. 

Donc ne vous formalisez pas sur les pérégrinations de notre ami la Picasse. 

Le rêve, 1932

Jeune femme au miroir, 1932

Comme on l’a dit au début, la Picasse a créé plus de 50 000 oeuvres, donc je ne vais pas tout illustrer sinon on va pas s’en sortir. Déjà que je sens que cet article va être long comme un rendez-vous chez le dentiste…

→ Le point Guernica :

Guernica est une toile de la Picasse réalisée entre mai et juin 1937 à Paris. Elle mesure 3m50 sur 7m70 (en gros), dans un style cubiste et se trouve actuellement au Musée Reina Sofía, à Madrid.

Cette toile dénonce le bombardement de ladite ville de Guernica, en avril 1937 pendant la guerre d’Espagne, une sombre période.

Ce tableau est devenu un symbole de protestation contre ce genre d’atrocités.

Cette toile sera montrée lors de l’Exposition internationale de 1937.

Puis à la fin de la guerre, Pablo est content. Il peint donc ceci : 

La joie de vivre, 1946

Là-dessus, il rejoint le Parti Communiste Français. Il est membre mais pas militant. Il s’exprime surtout sur le sujet à travers ses toiles. La Picasse est un mec bien, il n’aime pas la guerre, car la guerre ce n’est pas bien.

D’où ce fameux oiseau : 

Colombe de la Paix, 1949

L’enlèvement des Sabines, 1963
Un tableau sur les relations diplomatiques tendues entre Cuba et les Etats-Unis.

La Picasse décède en 1973, d’une embolie pulmonaire. Fallait bien que ça arrive un jour.

Paysage, Mougins, 1972

Autoportrait, 1972

Les news : 

Insta : Vous retrouverez quotidiennement des oeuvres des artistes abordés sur le site et de la culture G à foison pour se la péter à l’apéro, je partage des visites de musées, de foires d’art, des résumés de conférences et tout le tintouin. Et des photos de bébés animaux en story car la vie est suffisamment compliquée comme ça.

Facebook et Twitter : Pour ceux qui n’ont pas insta et qui veulent quand même suivre l’actu dudit site (grosso modo le même contenu que sur insta).

2 Comments

Comments are closed.