Art Basel 2019 (en 40 oeuvres)

En ce beau mois de juin, je suis allée pour la 3ème fois à Art Basel, parce que ce n’est pas loin de chez moi et que ça ne me fait pas de mal. J’en ai profité pour vous préparer une petite visite des lieux. Je n’y retournerai pas l’année prochaine, car j’ai compris le principe.

C’est parti, on ne perd pas de temps. On va faire le tour en 40 oeuvres, un chiffre totalement arbitraire et qui n’a aucun sens, mais qui permet de se donner une limite.

Je vous rappelle au passage que j’ai déjà expliqué le concept de la foire d’art auparavant, donc si vous voulez commencer l’été sur de bonnes bases, n’hésitez pas à aller le lire.

Comme c’est moi qui ai pris les photos et que c’est un lieu public, j’ai habilement placé des têtes d’émojis animaux sur la tête des gens afin que personne ne se reconnaisse. J’ai toujours d’excellentes idées :

Une des entrées d’Art Basel

Partie Unlimited

Grosse oeuvre 1 : Huma Bhabha, We come in peace, 2018

La partie ‘Unlimited’ d’Art Basel a pour but de montrer des oeuvres monumentales, c’est-à-dire très grandes. C’est assez sympa car on a l’impression de se balader dans un monde de géants et d’être de la taille d’un tout petit humain pendant quelques temps. Enfin moi j’ai eu cette impression, après il faut savoir que je fais 1m60, donc ça joue peut-être aussi dans mon ressenti. 

Grosse oeuvre 2 : Sislej Xhafa, Ovoid solitude, 2019 

Donc très concrètement, c’est un gars assis sur le pas de la porte de son magasin d’oeufs (il y a des oeufs derrière lui), il ne bouge pas, il attend. En gros, ça pose la question de la différence entre l’art et la vie, genre est-ce que c’est vraiment de l’art ou est-ce que c’est une représentation de la vie ? Est-ce que c’est la même chose ? Qu’est ce que l’art si il n’est qu’un moment visuel et non un truc matériel ?

Grosse oeuvre 3 : Xu Zhen, Nirvana, 2019

Je vous ai carrément créé un gif explicatif. Pas peu fière.

Alors ici, c’est une pièce dans laquelle se trouvent plusieurs tables de baccarat et de roulette. Certaines tables sont prêtes à être utilisées, avec tous les bons marquages, et d’autres ont des tas de sables colorés sur la plateforme. Le concept, c’est qu’un gars gratte un truc doré avec du sable coloré dedans et dessine lui-même les marquages des tables de jeux. Comme vous pouvez l’imaginer, ça prend mille ans.

Selon les explications, c’est une reconstitution d’un rituel des bouddhistes tibétains qui implique du sable coloré pour représenter les processus de création et de destruction. Ici, l’artiste a voulu montrer le contraste entre ce rituel immémorial et le capitalisme, bien que le concept du jeu existe depuis quand même pas mal de temps. C’est une mise en parallèle de deux pratiques cérémoniales, d’un côté les moines qui foutent du sable partout en mode rituel et de l’autre les casinos, avec tout le cérémonial que ça comporte. Moi, personnellement, je n’en sais rien car je ne suis jamais rentrée dans un casino. Vu mes nombreux problèmes d’addiction, je préfère me préserver d’un vice de plus, si vous me le permettez, j’en ai déjà suffisamment chié pour arrêter de fumer. On s’égare.

Si vous vous demandez :

‘Woaaaah mais comment tu sais tout ça Anna, t’avais un guide perso car t’es une mega VIP ?’

Sachez que la réponse est non, je me suis enfilée toutes les explications écrites, en anglais et en tout petit, rien que pour vos beaux yeux.

Qu’est-ce qu’on ferait pas hin…

Grosse oeuvre 4 : Daniel Knorr, Laundry, 2019

Ce sont des toiles assemblées pour former des grosses voitures, peintes grâce aux machins qui nettoient les voitures, les car wash comme on dit chez nos amis anglophones. Ça transforme l’utilisation mécanique et absolument pas artistique dudit car wash en un moyen de créer une oeuvre. Le fait que les voitures soient des toiles met en avant certaines techniques artistiques dans lesquelles le résultat est grosso modo le même.

Bon, on en pense ce qu’on veut hin. Moi j’aime bien l’effet ‘je suis un playmobil’ qu’on ressent quand on est à côté de ces grosses constructions.

Grosse oeuvre 5 : Tom Wesselmann, Still Life #60, 1973

Il s’agit d’une grosse nature morte moderne. Entre 1967 et 1981, Wesselmann a créé pas mal d’arrangements avec des objets du quotidien géants. Ici c’est une grosse huile sur toile en plusieurs parties, elle mesure 310 x 845 x 220 cm.

Et là vous allez me dire :

‘Nan mais Anna c’est incroyable, tes photos sont vraiment superbes!’

Ce à quoi je vais répondre :

‘Mais arrêteeeeeeeez un peu vos flagorneries. Mais sachez quand même qu’après Art Basel, j’ai décidé d’investir dans un nouveau téléphone qui fait des photos encore meilleures. Décidément, vous êtes vernis. On s’occupe bien de vous ici.’

Grosse oeuvre 6 : Vajiko Chachkhiani, Flies bite, it’s going to rain, 2018

C’est une forêt dans Art Basel ni plus ni moins.
Je ne vais pas vous faire les explications pour chaque oeuvre, parce qu’on n’est pas sorti du sable, vous avez compris le principe. Ce sont de grosses oeuvres avec un sens incertain.

Grosse oeuvre 7 : Blair Thurman, The Speedway Painting, 1992

Ici, on a une installation de 19 huiles sur toiles.

C’est un mélange entre le pop art et l’art abstrait, avec des formes géométriques qu’on a pu observer dans les années 50-60 aux USA.

Bon, on va passer à la partie non Unlimited, c’est-à-dire aux deux étages consacrés aux galeries avec des oeuvres de tailles normales.

LES DEUX ÉTAGES CONSACRÉS AUX OEUVRES DE TAILLES NORMALES
(je n’ai pas trouvé d’autre titre).

8. DAN FLAVIN

Dan Flavin, Untitled, 1987
Sculpture en néons, chez The Mayor Gallery, London

Sachez qu’on trouve toujours quelque chose en néons dans une foire d’art ou un musée d’art contemporain. Vous savez ce qu’il vous reste à faire avec le néon de votre salle de bain si vous voulez avoir l’air de quelqu’un de civilisé.

9-10. ALEX KATZ

Alex Katz, Alex, Ada and Vincent, 1961
Huile sur toile, chez Pace
Alex Katz, Coca-Cola Girl 42, 2019
Huile sur toile de lin
Chez Thaddaeus Ropac

11. JOHN BALDESSARI

John Baldessari, Hot & Cold Series : GILLIS Forget Romanoff’s, WHO ?, 2018
Jet d’encre et acrylique sur toiles, chez Marian Goodman Gallery

12. GIULIO PAOLINI

Giulio Paolini, In volo (Icaro et Ganimede), 2019
Chez Marian Goodman Gallery

13. TOBIAS REHBERGER

Tobias Rehberger, Installation avec 5 sculptures sur socle, 2019

14. LOUISE LAWLER

Louise Lawler, Three Sizes in Twelve Colors, 1994-2019
Digital Fujiflex print face mounted to Plexiglas on 3/4 inch plywood, chez Metro Pictures à NY

15. TAUBA AUERBACH

Tauba Auerbach, Grain-Frozen Fountain Fret Loop, 2018
Huile sur toile, chez Paula Cooper Gallery

16-17. DAVID HOCKNEY

David Hockney, Five Candles, 2011
Ipad drawing printed on paper, edition of 25

Chez Annely Juda Fine Art
David Hockney, Ashtray, 2010
Ipad drawing printed on paper, edition of 25
Chez Annely Juda Fine Art

18. SADAMASA MOTONAGA

Sadamasa Motonaga, Untitled, 1965
Oil paint and synthetic resin on canvas, mounted on board, 132x159cm

Chez Fergus McCaffrey à NY

19-20. FIONA RAE

Fiona Rae, Figure 1k, 2014
Huile et acrylique sur toile

Chez Buchmann Galerie
Fiona Rae, Titania does her spriting gently, 2018
Huile sur toile

Chez Buchmann Galerie

21. IDA EKBLAD

Ida Ekblad, Platoon, 2019
Galerie Max Hetzler

22. URS FISCHER

Urs Fischer, Submarine, 2019
Panneau avec de l’aluminium, des solvants, de l’encre et tout le tintouin.
Galerie Max Hetzler

23. BRUCE NAUMAN

Bruce Nauman, Run from fear / fun from rear, 1972
Le retour des néons, toujours un succès.
Chez Hauser & Wirth

24. HANS HARTUNG

Hans Hartung, T1988-R34, 1988
Acrylique sur toile
Chez Cheim & Read
Les coulures de peintures sur toile, un grand classique des foires, comme les néons.

25. SEAN SCULLY

Sean Scully, Stack Blues, 2017
Chez Cheim & Read
Des machins empilés, aussi un grand classique.

Avec moi au milieu, ça donne toute sa dimension à l’oeuvre si je peux me permettre, à part qu’on dirait que je n’ai pas de pieds.

26. ALIGHIERO BOETTI

Alighiero Boetti, Mappa, 1983
Il s’agit d’un artiste qui brode plein de cartes différentes.
Chez Tornabuoni Art

27. THORNTON DIAL

Thornton Dial, If the tiger know he’d be the star of the circus, he wouldn’t have hid so long in the jungle, 1989
Chez David Lewis

28-29. ANDREA BOWERS

Andrea Bowers, Woe is me to see what I have seen see what I see, 2019
Acrylic marker on cardboard

Chez Adrew Kreps Gallery
Andrea Bowers, As for my girls I’ll raise them to think they breath fire, 2019
Acrylic marker on cardboard

Chez Vielmetter, Los Angeles

30. ROBERT REED

Robert Reed, San Romano, Ten and one half, 1984
Chez Pilar Corrias

31. JULIE CURTISS

Julie Curtiss, The house maiden, 2019
Acrylic, vinyl and oil paint on canvas, 121x152cm
Chez Anton Kern Gallery

32. ROB PRUITT

Rob Pruitt, Panda Food, Late Supper, 2019
Enamel and glitter on linen, 243x182cm

Chez Gavin Brown

Bon, donc là on était dans la partie un peu contemporaine, un peu moderne. Passons à du classico de chez classico, du lourd, de la pièce de musée.

Le classico

33. MARC CHAGALL

Marc Chagall, Les amandiers, 1955-1956
Chez Landau Fine Art

34. ALBERTO GIACOMETTI

Alberto Giacometti, Tête d’homme, 1963,
Petit dessin sympathique comme tout, 50x32cm
Chez Landau Fine Art

35. RENÉ MAGRITTE

René Magritte, Le baiser, c. 1957
Gouache sur papier, 27x33cm
Chez Landau Fine Art

36. RAOUL DUFY

Raoul Dufy, Les régates à Trouville, 1907
Huile sur toile, 50x80cm
Chez Landau Fine Art

Si jamais vous vous posiez la question, Landau Fine Art est une galerie qui envoie du très très lourd.

37. ANDRÉ DERAIN

André Derain, Bateaux sur la plage à Collioure, 1905
Huile sur toile, 19x23cm
Toujours chez Landau

38. SALVADOR DALÍ

Salvador Dalí, Leda Atomica, 1947
Chez Di Donna

39. VICTOR BRAUNER

Victor Brauner, Sans titre (chimera), 1940
Huile sur toile, 65x53cm
Chez Di Donna

40. ALDO MONDINO

Aldo Mondino, Parrot parrot, 1960’s

Bon bah voilà.

LES NEWS :

Pour se tenir un peu au courant de ce qui se passe, vous pouvez recevoir une fois par mois les derniers articles d’Art Vulgaris : 
(là il faut entrer votre email sinon ça ne marche pas)

 

Ou suivre Art Vulgaris sur les réseaux sociaux : 
(ou les deux soyez pas lourds)

Insta : Vous retrouverez quotidiennement des oeuvres des artistes abordés sur le site et de la culture G à foison pour se la péter à l’apéro, je partage des visites de musées, de foires d’art, des résumés de conférences et tout le tintouin. Et des photos de bébés animaux en story car la vie est suffisamment compliquée comme ça.

Facebook et Twitter : Pour ceux qui n’ont pas insta et qui veulent quand même suivre l’actu dudit site (grosso modo le même contenu que sur insta).